Cartographie des risques de glissements de terrain

Le volet « Cartographie des risques de glissements de terrain » (1989-1992) a été le principal objectif du programme GARS-Amérique latine. Une nouvelle méthode a été élaborée en matière de cartographie des risques de glissements de terrain, exploitant les données de télédétection issues de systèmes optiques et radars. Ces données ont été  combinées, dans une étude géomorphologique quantitative, avec la technologie de Système d'information géographique (SIG) afin de produire des cartes de la susceptibilité aux glissements de terrain. Ces cartes sont utilisées pour atténuer le risque de glissements de terrain ainsi que pour la gestion des sols.

Les glissements de terrain sont les principaux processus par lesquels les paysages évoluent et représentent un risque géologique à grande échelle. Les glissements de terrain sont engendrés par la gravité et se caractérisent par des mouvements de roche solide, de débris ou de terre. Ils peuvent être de grande ampleur et chaotiques ou petits et imperceptibles, et provoquent toutes sortes de déformations et de déplacements. Le paysage est en constante évolution et il est nécessaire de le cartographier et de le connaître en détail afin d’évaluer son activité.

Méthode

Une cartographie des risques de glissements de terrain a été réalisée dans la vallée colombienne du Chicamocha, dans les Andes, au moyen de données d’enquêtes de terrain, de données de télédétection optique provenant de Landsat TM et SPOT, et de données radar provenant des satellites ERS et JERS. Un modèle d’élévation numérique de la région a été créé au moyen de données stéréoscopiques afin d’interpréter visuellement la lithologie, d’identifier les discontinuités et procéder à des classifications de l’utilisation des sols. Les données stéréo ont également été utilisées pour numériser les limites des glissements de terrain et les escarpements de tête des coulées de débris. Le modèle d’élévation numérique a été utilisé pour réaliser une cartographie géomorphologique quantitative de la pente superficielle, des expositions et des réseaux de drainage. Il a été associé à un SIG afin de produire une carte à l’échelle 1/50 000 de la susceptibilité aux glissements de terrain dans la vallée du haut Chicamocha.

Collaborateurs

Retour en haut de la page