Géoparcs et développement durable

©UNESCO/Patrick McKeever

 

 

Les calamars du Géoparc mondial de San'in Kaigan, Japon, sont péchés de façon équitable et vendus comme un produit issu du Géoparc.

Même si une zone est exceptionnelle et possède un patrimoine géologique de renommée mondiale et d'une valeur universelle inégalable, elle ne peut pas être un Géoparc mondial sauf si la région a également un plan pour le développement durable des populations locales. Ce développement doit prendre la forme d'un tourisme durable à travers, par exemple, le développement de chemins randonnée ou de pistes cyclables, la formation des populations locales pour devenir des guides, ou encore, le développement par les prestataires de services touristiques et d'hébergement, de bonnes pratiques internationales en matière d'environnement durable. Mais il peut également s'agir d'un simple engagement auprès de la population locale de manière à la rendre plus responsable de son environnement tout en respectant son mode de vie traditionnel, sa dignité et ses droits. Un Géoparc mondial ne réussira pas dans sa démarche sans le soutien de la population locale.

Retour en haut de la page