PICG EN AFRIQUE

Workshop-Nairobi


Atelier sur le développement des compétences dans la préparation des demandes de projets

Complexe des Nations-Unis à Gigiri, Nairobi, 26-28 Juillet 2011

La participation de l'Afrique dans le Programme international de géosciences (PICG) mis en place par l’UNESCO et l’UISG en 1974 est restée très marginale depuis son lancement, tant en terme de nombre de projets consacrés au continent (seulement 7 %) qu’en terme de nombre de chefs de projet situés sur le continent (5 %). Grâce à un financement spécial de l'Agence suédoise de coopération internationale (ASDI), l'UNESCO promeut de manière plus vigoureuse ce programme mondial reconnu en Afrique, notamment par l'intermédiaire du projet "Jeunes scientifiques du PICG".

Cet atelier s'inscrivait dans le cadre de l'effort entrepris par l'UNESCO et visait à développer les compétences dans la rédaction des projets qui devront être soumis au PICG. L’objectif principal étant d'accroître le nombre et la qualité des propositions de projet du PICG en sciences de la Terre sur le continent Africain pour la prochaine réunion du Conseil scientifique du PICG. Au total 10 pays (Cameroun, Tchad, Ethiopie, Kenya, Mali, Mozambique, Nigéria, République du Congo, Ouganda et Zimbabwe) ont répondu présents. L'atelier a été conçu de manière informelle dans le but de permettre d’intenses discussions entre les participants.

Les Africains souhaitent sortir leur isolement et ont le désir intense de soumettre des projets de recherche tant régionaux qu’internationaux. C'est du reste, la seule façon d'être connecté à la communauté internationale en sciences de la Terre et de générer des propositions de recherche ayant pour objectif d'attirer d'autres collègues, des équipes de recherche ainsi que des laboratoires étrangers. A cette effet, les participants ont convenu de maintenir le réseau crée au cours de cet atelier afin d'échanger des informations et de continuer à développer de manière autonome ou en partenariat des propositions en vue de les soumettre au financement du PICG.

Retour en haut de la page