Résultats

La conférence de Séville et le cadre statuaire, 1995
L'idée depuis Séville pour le XXIe siècle

En mars 1995, la Conférence internationale sur les réserves de biosphère a eu lieu à Séville, en Espagne. Parmi les perspectives examinées par la Conférence de Séville figuraient les évolutions possibles des relations entre l’environnement et le développement et l’environnement au cours du XXIe siècle, et le potentiel des réserves de biosphère pour contribuer à répondre efficacement aux problèmes et tendances qui se dessinent. Les réserves de biosphère étaient alors sur le point de pouvoir assumer un nouveau rôle. Non seulement elles seraient un moyen de permettre aux populations qui y vivent, ou qui vivent dans leur périphérie, de s’épanouir en interaction avec le milieu naturel, mais elles contribueraient également aux besoins de la société en général, en montrant la voie d’un avenir plus durable. Cette approche est au cœur de la vision de Séville pour les réserves de biosphère au XXIe siècle.

La Stratégie de Séville et le cadre statuaire (.pdf)


Depuis la Conférence de Séville de 1995, un effort majeur a été entrepris dans de nombreux pays afin d’examiner les réserves de biosphère à la lumière de la Stratégie de Séville et du Cadre Statutaire. Une conférence internationale réunissant des experts s’est tenue cinq ans plus tard pour faire le point de la mise en œuvre de la Stratégie de Séville dans ses cinq premières années d’existence (1995 – 2000). Cette rencontre « Séville +5 », qui a eu lieu  à Pampelune (Espagne) en novembre 2000, se fondait sur les trois niveaux d’application de la Stratégie (international, national, site). Les recommandations de la réunion reprenaient la gamme des principaux défis et difficultés pour la mise en œuvre de la Stratégie de Séville et s’adressaient à plusieurs groupes distincts. C’est également à cette réunion que des recommandations pour l’établissement et le fonctionnement des réserves de biosphère transfrontières ont été élaborées.
Il existe actuellement neuf réserves de biosphère transfrontières dans le monde et de nombreuses autres sont en cours de création.

En 2008, le troisième Congrès mondial des réserves de biosphère à Madrid a adopté le « Plan d'Action de Madrid » pour les réserves de biosphère qui définit les priorités et les politiques à mettre en œuvre pour la période 2008 à 2013.

Le concept des réserve de biosphère a démontré sa valeur bien au-delà de la simple notion d’aire protégée et constitue à ce titre un outil adopté par les scientifiques, les planificateurs et les responsables politiques qui y puisent un éventail de connaissances, de recherches scientifiques et d’expériences sur la conservation de la biodiversité et le développement socio-économique au service du bien être humain. Il s’agit par conséquent de développer des modèles de durabilité locale, nationale et mondiale permettant aux réserves de biosphère de fonctionner comme des sites d’apprentissage où décideurs, chercheurs, et communauté scientifique, gestionnaires et acteurs concernés travaillent ensemble à traduire les principes mondiaux du développement durable en pratiques localement pertinentes.

Aujourd'hui, il y a 563 réserves de biosphère dans 109 pays à travers le monde.

Liens utiles :

 

 

Retour en haut de la page