25.07.2011 - UNESCO Office for Iraq / Natural Sciences Sector

L’Iraq lance une base de données sur les eaux souterraines afin de réduire les incertitudes concernant les ressources en eau du pays

Le gouvernement iraquien a réaffirmé sa volonté de s’attaquer dès ce mois-ci à la crise de l’eau qui affecte le pays lors d’un séminaire national organisé à Bagdad le 3 juillet 2011. Il inaugure ainsi la phase II des nouveaux Réseau et Base de données nationaux sur l’évaluation des ressources hydrogéologiques en Iraq, dits geoFIA.

Des représentants du gouvernement, du monde universitaire et de la communauté internationale se sont réunis à Bagdad afin d’inaugurer la première base de données centralisée du pays sur les eaux souterraines. Ils ont commandé à cette occasion la phase suivante de cette initiative dirigée par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), d’un coût de plusieurs millions de dollars. Le séminaire a dévoilé officiellement les résultats positifs de la phase I de l’initiative mondiale lancée en 2010 par l’UNESCO.

Créé par la société Radar Technologies International et le Studio Galli Ingegneria, le geoFIA offre aux experts iraquiens la possibilité de collecter, mettre à jour et analyser de façon continue les informations sur les eaux souterraines. Il permet de ce fait une gestion de l’eau plus efficace par le gouvernement.

Cette plateforme interactive en ligne permettra au gouvernement iraquien d'accélérer ses actions face à la sécheresse et à d’autres problèmes liés à l’eau, ce que le manque d’informations actualisées sur les eaux souterraines empêchait de faire jusqu’à présent.

L’Union européenne a fourni le financement pour la Phase I du projet. S. E. Jana Hybaskova, Ambassadrice de l’Europe, a loué les efforts du gouvernement et de l’UNESCO et a fait part de l’intention de l’Union européenne de continuer à soutenir la phase II.

Liens utiles :




<- retour vers Eau
Retour en haut de la page