12.02.2013 - UNESCOPRESS

Coup d’envoi de l’Année internationale de coopération dans le domaine de l’eau à l’UNESCO

Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, Michel Jarraud, Président de l’ONU-Eau et Secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale et Hamrokhon Zarifi, ministre des Affaires étrangères de la République du Tadjikistan, ont lancé l’Année internationale de coopération dans le domaine de l’eau au siège de l’UNESCO. Cette Année a été proclamée par les Nations Unies à l’initiative du Tadjikistan. C’est l’UNESCO qui, à la demande de l’ONU-Eau, a été chargée de coordonner les activités organisées dans le cadre de l’Année.

 La cérémonie s’est ouverte par un message vidéo du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon et des messages lus des Présidents du Kenya et de Mongolie. Les participants ont insisté sur le rôle central de l’eau en matière de développement durable, de santé publique, de lutte contre la pauvreté et contre les effets du changement climatique.

« L’eau n’est pas un sujet parmi d’autres, c’est le sujet central de la coopération internationale », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO. « En 2010, le droit à l’eau et à l’assainissement a été enfin reconnu comme un droit humain par l’Assemblée générale de l’ONU. Ce droit, il faut traduire dans la réalité. Et dans un monde où près de 300 bassins aquifères sont partagés entre plusieurs pays, le seul moyen d’y parvenir, c’est en coopérant », a-t-elle poursuivi.

« Aujourd’hui, plus de 780 millions de personnes n’ont toujours pas accès à une source d’eau améliorée et 2 milliards et demi de personnes n’ont pas accès à des services d’assainissement améliorés » a indiqué quant à lui le Président de l’ONU-Eau qui a plaidé pour une coopération renforcée dans ce domaine. Rappelant que 40% des catastrophes naturelles et des pertes en vies humaines qu’elles entraînent sont liées à l’eau, qu’il s’agisse de sécheresses ou d’inondations, Michel Jarraud a soutenu avec force  « les efforts de l’UNESCO en faveur de la diplomatie de l’eau comme un instrument essentiel de dialogue et coopération pour un monde plus pacifique ».

Hamrokhon Zarifi, ministre des Affaires étrangères de la République du Tadjikistan a pour sa part déclaré que « nous devons renforcer la diplomatie de l’eau pour atteindre les Objectifs du Millénaire de 2015. Seule une étroite coopération peut permettre d’atteindre les objectifs liés à l’eau concernant la population, l’environnement  et l’économie. […] Nous devons faire de cette année, une année de compréhension mutuelle renforcée, de coopération et de dialogue ».

Le ministre délégué chargé du développement, Pascal Canfin, a souligné l’importance qu’attache le gouvernement français à la coopération dans le domaine de l’eau pour préserver environnement. La France, a-t-il assuré, s’est engagée à apporter son aide pour faire face aux pénuries d’eau, notamment en Afrique saharienne. « Les Objectifs du Millénaire pour le développement relatifs à l’eau ont pratiquement été atteints mais les objectifs qu’ils fixent ne suffisent pas dans la mesure où ils n’abordent pas la question de la qualité de l’eau », a-t-il déclaré.

Au cours de cette cérémonie, Megha Kumar (Inde) a présenté son slogan pour l’Année internationale de la coopération dans le domaine de l’eau : Water, water everywhere,  only if we share [de l’eau, de l’eau partout, mais à condition de partager]. Ce slogan a été choisi parmi 12 000 propositions soumises dans le cadre d’une compétition mondiale.

Des jeunes venus d’écoles de Fukushima (Japon), des Pays-Bas et de la région parisienne ont par ailleurs tenu leur propre réunion au Pavillon de l’eau, un lieu mis à disposition par la Mairie de Paris.

 




<- retour vers Eau
Retour en haut de la page