16.09.2010 -

Atelier sur les méthodes de mesure et de prévision des événements extrêmes liés au climat

L'atelier mettra particulièrement l’accent sur la phénoménologie et les aspects méthodologiques de l'estimation quantitative des phénomènes climatiques extrêmes dans différentes situations observées et sur les futures conditions climatiques en utilisant des données d'observation et des modèles climatiques.

Les événements climatiques extrêmes ont des impacts désastreux sur la situation économique et sociale. Ils entraînent des pertes de vie et des pertes financières et affecte la stabilité économique de nombreuses régions. Au cours des dernières décennies, ces événements climatiques extrêmes (précipitations, inondations, vagues de chaleur, épisodes caniculaires ou pluies torrentielles, sécheresses, cyclones, vents violents, tempêtes en mer et variations du niveau de la mer) ont augmenté en intensité et en fréquence. Dans le même temps, les changements climatiques extrêmes observés et prévus pour les années à venir sont très localisés et nettement différents d'une région à l’autre.

De nombreuses activités traitées par le Programme hydrologique international (PHI) de l'UNESCO concernant la gestion des ressources en eau et le renforcement des capacités, posent des problèmes supplémentaires dans l'estimation précise des événements extrêmes liés à l’évolution du climat. Les pratiques actuelles dans la gestion de l'eau ne peuvent pas faire face de façon satisfaisante à la variabilité climatique actuelle et ne sont certainement pas en mesure de gérer les impacts du changement climatique sur l'approvisionnement en eau, l'agriculture, l'énergie et les écosystèmes aquatiques.

Malgré les progrès évidents réalisés dans la compréhension du climat et des conditions climatiques extrêmes, leur estimation est encore très imprécise. De grandes incertitudes résultent de la qualité insuffisante des échantillons, des données peu fiables ou des modèles de simulation inadéquats qui rendent difficile l’application de méthodes statistiques avancées. En outre, dans une analyse plus approfondie, les mêmes méthodes appliquées aux données de résolutions différentes requièrent des approches différentes. Enfin, des méthodes statistiques avancées pour l'estimation des événements extrêmes n'ont toujours pas été exploitées dans leur pleine mesure et demandent à être améliorées et validées.

Objectifs de l’atelier :

  • Étude et évaluation des méthodes existantes pour les événements extrêmes liés au climat et identification de leurs forces et de leurs faiblesses ;
  • Évaluation critique des différentes méthodes pour l’estimation des extrêmes climatiques et leurs incertitudes y compris le croisement d’expériences émanant de différents domaines;
  • Évaluation de la fiabilité de la représentation des différents types d’événements extrêmes dans des simulations issues de données et de modèles différents ;
  • Détermination des lacunes critiques dans l’estimation quantitative des événements climatiques extrêmes au sein des expériences traitant les données et les modèles en particulier les aspects spatiaux liés aux évènements extrêmes et la nature des évènements dits ‘composants’ ;
  • Développement d’une stratégie efficace pour améliorer les prévisions climatiques et la détection d’événements climatiques extrêmes ainsi que la projection de leur évolution dans un climat futur grâce à la détermination de caractéristiques appropriées et l’élaboration de méthodologies prévisionnelles adéquates et très précises;
  • Évaluation critique de la synergie entre différents événement extrêmes (par ex : précipitations, températures et inondations) et étude de l’impact de ces événements. ;

Liens utiles :




<- retour vers Eau
Retour en haut de la page