Faits et chiffres

Il faut une moyenne d’environ 2.500 litres d’eau pour produire 1 litre de biocarburant

  • World Energy Outlook 2006 prévoyait un taux de croissance moyen de la production énergétique de 7% par an.
  • La politique environnementale internationale, les politiques nationales et le prix du pétrole joueront fortement sur la future demande en biocarburant. On s’attend à ce que la production mondiale d’éthanol augmente rapidement pour atteindre 127 milliards de litres en 2017, avec une production concentrée aux Etats-Unis, au Brésil, et dans une moindre mesure, dans l’Union européenne et en Chine. La production mondiale de biodiesel devrait atteindre 24 milliards de litres en 2017.
  • D’ici 2030, on estime que les biocarburants satisferont 4% de la demande mondiale en carburant pour le transport routier, au lieu de 1%  actuellement.
  • Au niveau mondial, l’eau d’irrigation allouée à la production de biocarburants est estimée à 44 km3, soit 2% de l’ensemble de l’eau d’irrigation. Dans l’état actuel des conditions de production, il faut une moyenne d’environ 2.500 litres d’eau (dont environ 820 litres est de l’eau d’irrigation) pour produire 1 litre de biocarburant (la même quantité nécessaire en moyenne pour produire de la nourriture pour une personne pendant une journée).
  • La part de l’eau d’irrigation utilisée pour la production de biocarburants est négligeable au Brésil et dans l’Union européenne, elle est estimée à 2% en Chine et 3% aux États-Unis. La mise en oeuvre de toutes les politiques et des plans nationaux actuels en matière de biocarburants nécessiteraient 30 millions d’hectares de terres cultivées et 180 km3 d’eau d’irrigation  supplémentaires. 
  • Plus d’un tiers de la production de maïs aux Etats-Unis en 2008 a été utilisé afin de produire de l’éthanol et approximativement la moitié des huiles végétales produites dans l’Union Européenne a été utilisée pour produire du biodiesel. Bien que l’impact soit extrêmement difficile à mesurer, on estime que la production bioénergétique est responsable de 70-75% de la hausse mondiale des prix de certains stocks d’aliments, mais aussi d’environ 70% de la hausse du prix du maïs.
  • Bien que l’impact soit extrêmement difficile à mesurer, on estime que la production bioénergétique est responsable de 70-75% de la hausse mondiale des prix de certains stocks d’aliments, mais aussi d’environ 70% de la hausse du prix du maïs.

Voir aussi: EnergieRépartition de l’eauAlimentation et agriculture

Retour en haut de la page