Faits et chiffres

Une grande partie des eaux usées industrielles est déversée sans traitement préalable dans des cours d’eau ouverts, réduisant ainsi la qualité de grands volumes d’eau

  • Virtuellement, toutes les activités produisant des biens génèrent des polluants ainsi que des sous-produits indésirables
  • Les contaminants de l’eau les plus importants crées par les activités humaines sont les pathogènes microbiens, les substances nutritives, les matériaux consommateurs d’oxygène, les métaux lourds et des matières organiques persistantes, ainsi que des sédiments en suspension, des substances nutritives, des pesticides et des substances consommatrices d’oxygène, dont la majorité sont de sources non ponctuelles. La chaleur, qui augmente la température des eaux réceptrices, peut aussi être polluante. Les polluants sont généralement la principale cause de dégradation de la qualité de l’eau observée de par le monde.
  • L’industrie exerce une pression marquée sur les ressources en eau. L’impact du déversement de ses eaux usées et de leur pollution potentielle est plus problématique que la quantité d’eau utilisée pour la production industrielle proprement dite
  • Le mercure et le plomb issus des activités industrielles, des exploitations minières de toutes tailles et des lixiviats des décharges menacent la santé de l’homme et de l’écosystème dans certaines régions où les émissions des centrales électriques au charbon constituent une source majeure d’accumulation de mercure dans les tissus des poissons situés à des niveaux trophiques supérieurs.
  • Les plus grandes sources de substances nutritives comprennent les ruissellements agricoles, les eaux usées domestiques (aussi sources de pollution microbienne), les effluents industriels et les apports atmosphériques provenant des combustibles fossiles et des feux de brousse ou incendies de forêt.
  • Les industries basées sur les matières premières organiques contribuent le plus à la pollution organique alors que les industries pétrolières, sidérurgiques et minières constituent le risque le plus grave de libération de métaux lourds.
  • Une grande partie des eaux usées industrielles est déversée sans traitement préalable dans des cours d’eau ouverts, réduisant ainsi la qualité de grands volumes d’eau. En s’infiltrant parfois dans les aquifères, elles peuvent aussi polluer les nappes souterraines.
  • Il est prévu que la pollution industrielle augmente dans les économies de marché émergentes compte tenu de leur développement économique et industriel.
  • De nombreuses industries – certaines connues pour être très polluantes (comme le tannage des peaux ou la chimie)- se relocalisent des pays à hauts revenus vers les économies de marché émergentes.
  • On constate cependant une augmentation constante du nombre d’entreprises demandant la certification ISO 14001, la norme internationale pour la gestion environnementale gérée par l’Organisation internationale de normalisation. Fin 2002, près de 50 000 entreprises dans 118 pays avaient reçu la certification ISO 14001.

Voir aussi:  Industrie; Ecosystèmes.

Retour en haut de la page