Faits et chiffres

Près d’un dixième de la morbidité mondiale pourrait être évité par une amélioration de l’approvisionnement en eau, de l’assainissement, de l’hygiène et de la gestion des ressources en eau

  • Près d’un dixième de la morbidité mondiale pourrait être évité par une amélioration de l’approvisionnement en eau, de l’assainissement, de l’hygiène et de la gestion des ressources en eau. De telles améliorations réduisent la mortalité infantile et améliorent la santé et la nutrition de manière durable.
  • En 2000, les diarrhées ont représenté 17% des 10,6 millions de décès d’enfants de moins de cinq ans, et le paludisme 8%. Quelque 1,4 million d’enfants meurent chaque année de maladies diarrhéiques qui pourraient être évitées. La diarrhée ordinaire reste parmi les plus meurtrières des maladies liées à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène, et est responsable de 43% des décès. La région Sub-saharienne et l’Asie du Sud sont les régions les plus touchées.
  • La dénutrition est une cause sousjacente de 53% de tous les décès chez les enfants de moins de cinq ans. La malnutrition représente environ un tiers de la charge de morbidité dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Le manque d’accès à une nourriture suffisante et sûre, en partie lié à la gestion des ressources en eau, est l’une des causes de la malnutrition, mais jusqu’à 50% de la malnutrition est liée à des diarrhées répétées ou des infections intestinales par des nématodes à la suite de l’ingestion d’une eau malpropre, du manque d’installations sanitaires ou d’une mauvaise hygiène.
  • Sur les 350 à 500 millions de cas cliniques estimés survenant chaque année, environ 60% sont en Afrique sub-saharienne, tout comme 80% des décès. La plupart des 1 million et plus d’Africains qui meurent chaque année de la malaria sont des enfants de moins de cinq ans. Le taux de paludisme que l’on pourrait éliminer par la gestion de l’environnement - en éliminant les masses d’eau stagnante, en modifiant les contours des réservoirs, en introduisant des drainages ou en améliorant la gestion de l’irrigation - diffère selon les régions, avec des variations en fonction de l’habitat des vecteurs de la maladie, atteint une moyenne mondiale de 42%.

Voir aussi: Approvisionnement en eau, assainissement et santéAlimentation et agriculture

Retour en haut de la page