Faits et chiffres

Les infrastructures liées à l’eau se détériorent avec le temps

  • Les infrastructures liées à l’eau se détériorent avec le temps. Des taux de fuite de 50% ne sont pas rares dans les systèmes de distribution urbains.
  • Dans les régions rurales, le fait de négliger les budgets relatifs aux opérations et à l’entretien et le recouvrement des coûts contribue à la généralisation de la non fonctionnalité des réseaux. Une récente enquête sur près de 7.000 réseaux d’eau en milieu rural en Éthiopie a révélé que 30 à 40% d’entre eux n’étaient pas fonctionnels. La pénurie de financement pour les salaires, le carburant, les matériaux et les pièces détachées était un facteur commun.
  • Dans la plupart des systèmes publics d’eau en milieu urbain, les charges couvrent souvent à peine les coûts récurrents d’opération et d’entretien, laissant peu ou pas de fonds pour recouvrer les coûts d’investissement, de modernisation et d’expansion. Une étude de tels systèmes menée dans 132 villes de pays à revenu élevé, moyen et faible a révélé que 39% n’ont même pas récupérées leurs coûts d’exploitation et d’entretien (vrai dans 100% des villes du Sud-est asiatique et du Maghreb).

Voir aussi: Investir dans les infrastructures

Retour en haut de la page