Faits et chiffres

Faire payer l’eau?

  • Il existe trois sources de revenus permettant de financer les services d’ approvisionnement en eau et d’ assainissement :
    • Les tarifs appliqués aux usagers, dont le paiement des services environnementaux qui peuvent comprendre des subventions croisées dans le secteur ou avec d'autres secteurs (par exemple l'électricité ou tout autre service municipal).
    • Les dépenses publiques financées par l'imposition.
    • Les transferts sous forme d'aide extérieure, d’origines publiques ou philanthropiques.
  • En matière d’évaluation de la capacité des ménages à payer leurs factures d’eau, on considère généralement que le montant de ces factures ne doit pas dépasser 3% (5% dans certains cas) du revenu net du ménage. Dans la pratique, les enquêtes montrent que les factures des ménages des pays développés reliés à un système public urbain s’élèvent en moyenne à 1% de leurs revenus. Ce montant comprend le coût de l’assainissement qui peut s’avérer deux fois plus élevé que celui de l’eau. Cependant, cette moyenne ne constitue pas un indicateur très fiable compte tenu de la grande variabilité des niveaux de revenus dans un pays. En général, les groupes les plus pauvres tendent à consacrer à l’eau une part plus grande de leurs revenus.
  • Il est plus difficile de cerner la situation dans les pays en voie de développement compte tenu du recours courant à des distributeurs d'eau privés, informels ou opérant sur une petite échelle, qui appliquent des tarifs exorbitants. Dans ce cas, la part consacrée à l’eau par les ménages les plus pauvres peut aller de 3 à 11%.

Voir aussi: Valoriser l’eau.

Retour en haut de la page