Faits et chiffres

Au niveau mondial l’eau d’irrigation allouée à la production de biocarburants est estimée à 2%.

  • Près de 10% de la fourniture totale d’énergie provient de la biomasse, et la majorité de ces 10% (80%) provient d’une source "traditionnelle" de biomasse : bois, fumier et résidus de culture.
  • Environ 5% de la biomasse est utilisée en vue de produire des biocarburants liquides destinés au transport, ce qui représente actuellement moins de 2% de l’énergie utilisée par les transports dans le monde.
  • La production de bioéthanol à partir de canne à sucre, de maïs, de betterave, de blé et de sorgho a triplé entre 2000 et 2007, atteignant un volume estimé à 77 milliards de litres en 2008.
  • La part de biocarburant dans le marché du carburant de transport diesel est estimée à 0,5% aux Etats-Unis, à 1,1% au Brésil et à 3% dans l’Union européenne.
  • Le potentiel mondial du biocarburant conventionnel est limité par les disponibilités en sols et en eau nécessaires à ces cultures ainsi que par le coût élevé de la majorité des technologies conventionnelles. D’un point de vue purement technique, il serait possible d’atteindre 20 exajoules d’éthanol et de biocarburant conventionnels d’ici 2050, ce qui permettrait de répondre à 11% de la demande totale du secteur des transports en carburants liquides.
  • Parmi les technologies actuelles, seuls l’éthanol produit à base de canne à sucre au Brésil, l’éthanol obtenu comme sous produit lors de la fabrication de cellulose (comme en Suède et en Suisse) et le biodiesel tiré de graisses animales et de la récupération d’huile de cuisson peuvent réduire de façon substantielle les émissions des gaz à effet de serre comparé au gasoil et au diesel minéral. Pour l’étude, toutes les autres technologies de bioénergie conventionnelles se traduisent par des émissions de gaz à effet de serre mais elles sont moins élevées - de 40% - que celles issues des alternatives à base de carburants fossiles.
  • Au niveau mondial, l’eau d’irrigation  allouée à la production de biocarburants  est estimée à 44 km3 , soit 2% de l’ensemble de l’eau d’irrigation. Dans l’état actuel des conditions de production, il faut une moyenne d’environ 2.500 litres d’eau (dont environ 820 litres est de l’eau d’irrigation) pour produire 1 litre de biocarburant (la même quantité nécessaire en moyenne pour produire la nourriture nécessaire pour une personne pour une journée).
  • La part de l’eau d’irrigation utilisée pour la production de biocarburants est négligeable au Brésil et dans l’Union européenne, elle est estimée à 2% en Chine et 3% aux États-Unis.
  • La mise en œuvre de toutes les politiques et des plans nationaux actuels en matière de biocarburants nécessiteraient 30 millions d’hectares de terres cultivées et 180 km3  d’eau d’irrigation supplémentaires.
  • Plus d’un tiers de la production de maïs aux Etats-Unis en 2008 a été utilisé afin de produire de l’éthanol et approximativement la moitié des huiles végétales produites dans l’Union Européenne a été utilisée pour produire du biodiesel.
  • Bien que l’impact soit extrêmement difficile à mesurer, on estime que la production bioénergétique est responsable de 70-75% de la hausse mondiale des prix de certains stocks d’aliments, mais aussi d’environ 70% de la hausse du prix du maïs. 

Voir aussi: Energie;  Alimentation et agricultureRépartition de l’eau.

Retour en haut de la page