Connaissance et capacités

© UNESCO-IHE

La connaissance est essentielle à l’amélioration des moyens de subsistance, à la protection de l’environnement, à une participation élargie et au renforcement de la démocratie, en deux mots, au développement.

Générer et diffuser cette connaissance requiert volonté politique, investissements et coopération internationale afin d’étendre l’éducation, de faciliter la recherche scientifique, de renforcer les capacités à tous les niveaux et de réduire les écarts entre les pauvres et les riches. La sensibilisation du public, l’engagement de la communauté et l’intégration de tous les acteurs, dont les femmes en particulier, dans les processus décisionnels sont aussi les clés du succès.

La connaissance requiert un investissement continu si l’on veut permettre à la société de s’adapter face à un futur incertain provoqué par le changement climatique. Des investissements accrus dans le réseau de données hydrologiques et la télédétection sont particulièrement nécessaires afin de fournir des informations essentielles à la modélisation de scénarios sur les futurs possibles.

Il est nécessaire de développer des capacités institutionnelles et humaines, tant dans le secteur de l’eau que dans les autres secteurs. Il faut aussi améliorer les capacités des institutions chargées de la gestion de l’eau afin de garantir la clarté de leur mandat, un système organisationnel efficace et une meilleure aide à la décision s’appuyant sur les leçons tirées et le savoir indigène. Le développement des capacités peut se faire par le biais de formes traditionnelles d’éducation, la formation sur le tas, l’apprentissage en ligne, la sensibilisation du public, la gestion des connaissances et les réseaux professionnels.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Faits et chiffres extraits du WWDR3, "L'eau dans un monde qui change" (2009). Cliquez sur les liens ci-dessous pour en savoir plus!

Retour en haut de la page