Indicateurs

La première édition du Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau, « L’eau pour les hommes, l’eau pour la vie », inclut plus de 160 indicateurs allant de la quantité de ressources en eau disponibles et les prélèvements destinés à l’utilisation humaine à l’échelle mondiale jusqu’au respect des normes de qualité de l’eau concernant les principaux polluants et aux mécanismes de gouvernance permettant de soutenir la gestion de l’eau.

Le nombre d’indicateurs présentés dans la deuxième édition du rapport, « L’eau, une responsabilité partagée », a été réduit à 62 en raison de l’absence de processus de mise à jour systématique des données utilisées pour la majorité des indicateurs présentés dans le premier rapport. Néanmoins, l’approvisionnement en eau et l’assainissement ont fait figure d’exception : le Programme commun de l’Organisation mondiale de la santé et du Fonds des Nations Unies pour l’enfance de surveillance de l’eau et l’assainissement a systématiquement relevé le défi en investissant les ressources nécessaires afin de garantir un flux régulier d’informations mises à jour concernant ce sous-secteur.

Trois ans plus tard, l’équipe de production de la troisième édition du Rapport mondial des Nations Unies sur la mise en valeur des ressources en eau, « L’eau dans un monde qui change », s’est trouvée dans une situation similaire à celle de ses prédécesseurs. Durant la préparation du Rapport, une enquête menée auprès des fournisseurs de données a révélé que de nouvelles données ne seraient disponibles que pour un nombre limité d’indicateurs utilisés dans le deuxième rapport. Seulement 30 indicateurs ont ainsi pu être mis à jour. Certaines des agences fournissant les données ont également estimé que certains indicateurs inclus dans le deuxième rapport n’étaient pas particulièrement utiles. Ainsi, seuls 58 ont été retenus et classés.

Alors que l’on porte aujourd’hui une attention accrue à l’état des ressources en eaux, à leurs utilisations et à leurs impacts actuels et que l’on identifie mieux les défis que la communauté mondiale doit relever en termes de gestion de l’eau, le flux d’information permettant de soutenir ce travail s’appauvrit alors qu’il devrait s’enrichir.

Les données relatives à la majorité des sujets liés à l’eau sont généralement inexistantes, incomplètes, inconsistantes ou peu fiables. Nous savons aujourd’hui que collecter simplement des données est insuffisant. Il faut les réunir, les analyser et les convertir en informations et connaissances. Il faut ensuite les diffuser largement au sein des pays, entre les pays ainsi que parmi les acteurs, afin d’attirer l’attention sur les problèmes d’eau à tous les niveaux. C’est uniquement lorsque les données ont été collectées et analysées que l’on peut comprendre correctement les nombreux systèmes (aussi bien hydrologique, socio-économique, financier, institutionnel que politique) devant être inclus dans la gouvernance de l’eau.

Le WWAP développe donc des indicateurs sur les ressources en eau, leur utilisation et leur gestion.

Le WWAP a établi en 2008 un Groupe d’Experts sur les Indicateurs, le Suivi-Évaluation et les Bases de Données (EG-IMD) afin de promouvoir le dialogue entre les usagers potentiels de données et d’indicateurs et les experts qui les produisent et les interprètent. Ce processus a en outre contribué au Groupe de travail sur les indicateurs, le suivi-évaluation et les bases de données mis en place par ONU-Eau et coordonné par le WWAP visant à améliorer les processus de collecte de données en vue d’élaborer et de développer des indicateurs pour la ressource, son utilisation et sa gestion, en les rendants plus fiables et plus utiles.

Actuellement, en partenariat avec le GTN-H (Réseau terrestre mondial - Hydrologie) et la GEO/IGWCO (Communauté de pratiques sur l’eau), le WWAP développe aussi une Étude Pilote sur les Indicateurs (EPI) qui constitue une méthodologie innovante visant à estimer l’ensemble des ressources en eau renouvelables réelles par pays (TARWR).

Retour en haut de la page