L’acidification de l’océan

Qu’est ce que l’acidification de l’océan?

© Dmitry Klimenko

L’océan absorbe environ 26% du CO2  dégagé chaque année dans l’atmosphère du fait des activités humaines, réduisant ainsi  grandement l’impact de ce gaz à effet de serre sur le climat.  
Lorsque le CO2 se dissout dans l’eau de mer, de l’acide carbonique se forme. C’est cette réaction chimique qui est à l’origine de l’acidification de l’océan. L’acidité de l’océan a augmenté de 30% depuis le début de la révolution industrielle.

En quoi cela menace-t-il notre océan?

Ce coquillage est victime de l'acidification : sa coquille est devenue si fine qu'elle en est transparente.

L’acidité de l’océan entraine une augmentation de la quantité d’énergie nécessaire à la construction des coquilles et squelettes d’un grand nombre de petits organismes océaniques et rend même leur survie impossible dans certains endroits. Cette acidité rend l’eau de mer corrosive pour les coquilles et squelettes de nombreux organismes marins, affectant leur reproduction et leur physiologie. Cela aura des impacts sur les écosystèmes océaniques que la science étudie toujours.

D’ici quelques décennies, la chimie des océans tropicaux ne permettra plus la croissance des récifs coralliens alors qu’une large partie des océans polaires deviendront corrosifs pour les organismes calcaires marins.

Comment est-ce que cela m’affecte?

© Joe Bunni

Les récifs coralliens sont les viviers de l’océan, ils constituent de véritables foyers de biodiversité. Par exemple, certains récifs tropicaux peuvent abriter 1000 espèces par m². Leur déclin affectent le tourisme, la sécurité alimentaire, la protection des rivages et la biodiversité.

L’acidification de l’océan peut avoir des impacts négatifs majeurs sur beaucoup d’espèces de planton et de zooplancton qui représentent la base la chaine alimentaire marine.

Le plancton joue un rôle majeur dans la survie de poisons plus gros, et sa disparition pourrait entrainer une réaction en chaine au sein de ce réseau alimentaire. Cela affectera les industries de la pêche et de l’aquaculture dont le volume se chiffre en milliards de dollars. Cela représente également une menace pour la sécurité alimentaire des millions de personne parmi les plus déshéritées.

L’acidification de l’océan ainsi que le réchauffement des eaux de surface pourrait réduire la capacité de l’océan à absorber du CO2, augmentant la concentration de  CO2 dans l’atmosphère et aggravant son impact sur le climat.

Une culture de la paix est une culture du développement durable

L’océan est une source vitale de nourriture, particulièrement pour les populations des pays les plus pauvres du monde. Pour beaucoup, la pêche est leur principale source de protéine. La pêche et l’aquaculture sont sources de revenus pour environ 540 millions de personnes (soit 8% de la population mondiale). Vu la probabilité pour que l’acidification de l’océan affecte négativement la biodiversité et les pêcheries commerciales, des politiques mondiales sont essentielles pour se prémunir contre d'éventuelles pénuries alimentaires qui pourraient entrainer des famines, une hausse de la pauvreté et des conflits, dont des guerres.
Apprendre à gérer notre océan de façon durable est le seul chemin vers une paix et une prospérité mondiale.

Que puis-je faire ?

  • Apprends en autant que possible sur ce sujet et informe tes amis   
  • Respecte les zones protégées et la côte. Il a été montré que la pollution côtière accroit les problèmes d’acidification
  • Réduit tes émissions de CO2 en:
    • Économisant de l’énergie: éteins les lumières lorsque tu quittes une pièce vide, utilise des ampoules et des appareils électroménagers à basse consommation 
    • Économise l’eau. Ferme le robinet lorsque tu te brosses les dents ou que tu te rases, douches-toi au lieu de prendre un bain, et surveilles les fuites inutiles.
    • En favorisant les trajets "verts" : fait du covoiturage, utilise les transports en commun ou fait du vélo.
    • En rendant ta maison plus verte : améliore l’isolation, les systèmes de chauffage et de climatisation.

Que fait la COI de l’UNESCO?

L’acidification de l’océan est un domaine de recherche relativement nouveau. Malgré des avancées concernant la compréhension des impacts de la hausse du niveau de concentration du CO2 sur un grand nombre d’organisme marins, nous sommes toujours dans l’incapacité de faire des projections pertinentes des impacts sur les écosystèmes marins et les pêcheries  dans leur ensemble ou d’identifier les seuils au-delà desquels les écosystèmes marins ne pourraient plus retrouver leur état d’origine. Des méthodes doivent être développée afin d’étudier l’ensemble des réponses des écosystèmes à de multiples facteurs environnementaux.

L’UNESCO est fière de son partenariat avec l’expédition Tara Océans, une mission de 3 ans autour du monde visant à comprendre comment la nature et la diversité des organismes planctoniques seront affectées par le changement climatique et l’acidification. Les impacts du plancton du la vie sur terre sont si vastes qu’ils sont extrêmement importants pour la sécurité humaine mondiale. Il est absolument essentiel d’avoir une meilleure compréhension des écosystèmes planctoniques. Cette expédition collecte également des données sur des récifs coralliens peu étudiés. Consultez leur avancée sur le livre de bord !

La Commission Océanographique Intergouvernementale de l’UNESCO (UNESCO-COI) et le Comité scientifique pour les recherches océaniques (SCOR) parrainent le Projet international de coordination des données sur le carbone océanique (IOCCP), un programme de recherche et d’observations. L’IOCCP  se concentre sur les effets de la hausse des émissions de CO2 sur l’océan et étudie l’effet de l’acidification de l’océan sur les organismes fixant le calcium et le taux de croissance du corail.

L'UNESCO-COI est cofondatrice du Réseau sur l’acidification des océans, qui est une  source centrale d'information sur les activités de recherches menées dans ce domaine destinée aux spécialistes de l’océan. La COI  de l’UNESCO co-préside également le principal symposium international sur ce sujet : « l'Océan dans un monde trop acide » qui se tient tous les quatre ans. Ce forum interdisciplinaire a pour but d’évaluer les connaissances acquises sur l’acidification de l’océan et  de définir les priorités pour les recherches à venir.

La principale façon de protéger l’océan de la menace de l’acidification est réduire les émissions de CO2. Les scenarios de « statu quo » d’émissions de CO2 prédisent une hausse potentielle de 150% de l’acidité de l’océan d’ici 2100. Il est question de ressources communes qui ignorent les frontières politiques: notre atmosphère et notre océan. Un problème de cette ampleur nécessite un effort à l’échelle mondiale. La COI  de l’UNESCO entend jouer le rôle de chef de file pour défendre l’océan au cours du processus préparatoire de Rio+20 et encourager les États-Membres à prendre en compte autant que possible l’importance de l’océan dans les stratégies et plans de développement durable.

Retour en haut de la page