Femmes et réduction des risques de catastrophe

© Mohammad Fatemi / EPA
Woman receives medical attention after Iran Bushehr Earthquake 2013.

Les catastrophes naturelles affectent les femmes, les hommes, les filles et les garçons de manière différente. En effet, dans de nombreux cas, du fait de conditions socio-économiques particulières, des construits sociaux et des traditions, des rôles qu’elles se voient attribuer et des discriminations dont elles souffrent, les femmes et les filles sont les premières victimes des catastrophes, allant parfois jusqu’au décès pendant et après une catastrophe, la perte des moyens de subsistance et des ressources productives, ou encore l’accroissement des violences basées sur le genre. Il est aussi important de rappeler que les femmes ont souvent un accès limité aux mécanismes et vecteurs officiels d’alerte et de gestion des catastrophes, et à toute information relative à la prévention et à la préparation en cas de catastrophe.

De plus, les compétences accumulées des femmes, leurs expériences et aptitudes spécifiques lorsque des catastrophes naturelles se déclarent sont rarement adéquatement identifiées, reconnues et promues, d’autant plus que la représentation des femmes dans les instances de prise de décisions à tous les niveaux sur la réduction des risques de catastrophe naturelle est particulièrement faible.

Ainsi, une stratégie inclusive et efficace de prévention des catastrophes naturelles doit mettre l’accent sur les besoins et les rôles des femmes dans le développement d’une culture de résilience face aux catastrophes naturelles.

FDepuis quelques années maintenant, la communauté internationale s’est engagée à promouvoir l’égalité des genres et à encourager l’autonomisation des femmes dans le contexte de la prévention des catastrophes naturelles. Par exemple, le Cadre d’action de Hyogo pour 2005-2015 (HFA), document élaboré lors de la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes qui s’est tenue en 2005 au Japon, reconnait pour la première fois l’importance des rôles spécifiques joués par les femmes lors des catastrophes naturelles. Plus récemment, des recommandations pour une prévention des catastrophes naturelles sensible au genre ont été présentées à l’occasion de la Troisième Conférence mondiale des Nations Unies sur la prévention des catastrophes (14-18 mars 2015, Japon) et ont été incorporées dans le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030 adopté par les États-membres des Nations Unies le 18 mars 2015.

Projets et initiatives

Le programme de l’UNESCO de réduction des risques de catastrophes met l'accent sur les besoins et les rôles des femmes dans de développement d'une culture de résilience face aux catastrophes naturelles.

Aussi, le programme assure l'intégration de l'égalité entre les genres dans l’ensemble de ses efforts de réduction des risques à différents niveaux. Il vise à accroître le nombre de femmes et à améliorer la prise en compte du genre dans :

  • la conception des politiques et des stratégies visant à réduire la vulnérabilité face aux catastrophes ;
  • le renforcement des capacités pour la réduction des risques de catastrophe à travers le secteur de l’éducation ;
  • la sensibilisation et l’information du public ;
  • le plaidoyer pour la préparation et la prévention des catastrophes naturelles.

Il vise aussi d'assurer une représentation plus équilibrée hommes-femmes au sein des réseaux internationaux et régionaux d'experts en matière de séismes, volcans, glissements de terrain et risques hydro-météorologiques.

Programme d'éducation de l’UNESCO pour la récupération post-catastrophe du Myanmar

Suite au cyclone Nargis de 2008, l’UNESCO a mis en œuvre un programme d’éducation pour la récupération post-catastrophe du Myanmar, afin d’accroître la résilience du secteur birman de l’éducation à travers l’intégration dans le système éducatif des thématiques de la préparation et de la prévention des catastrophes naturelles. Un total de 2,102 directeurs d’écoles et professeurs en provenance d’écoles ravagées par le cyclone ont pu bénéficier d’une formation sur ces sujets, et plus de 400,000 enfants ont été également sensibilisés.

Ce programme a tenu compte avec succès de la dimension genre dans tous les aspects de sa conception, de sa mise en œuvre et de son évaluation, puisque notamment la plupart des enseignants ayant participé étaient des femmes. De plus, une série de modules de formation, développés à la fois avec du matériel d'information, d'éducation et de communication, a été préparée : le Module 5, en particulier, contenait des informations sur la vulnérabilité des femmes en cas de catastrophe, et des suggestions sur la façon d'intégrer les questions de genre dans la formation pour la réduction des risques de catastrophes naturelles.

Renforcement des capacités pour la réponse et la résilience du système éducatif en cas de catastrophe naturelle dans les Etats arabes

De nombreux Etats arabes sont sujets à des crues soudaines et à des glissements de terrain extrêmement dangereux, qui sont la conséquence de pluies intenses sur une période relativement brève. Dès lors, afin d’apporter des solutions à ce problème, le Bureau de l’UNESCO au Caire est actuellement en train de mettre en œuvre un programme de prévention des catastrophes naturelles qui s’applique à la région dans sa globalité. Dans ce contexte, un kit éducatif sur la prévention des catastrophes, dont l’objectif est de sensibiliser les enseignants et leurs élèves sur ces sujets, a été élaboré et traduit en arabe. Une attention toute particulière est accordée à la prise en compte du genre dans tous les aspects de conception et de mise en œuvre du programme, et un projet de recherche sur le genre et la gestion communautaire des catastrophes naturelles sera bientôt lancé.

 

Renforcement stratégique des capacités d’alerte et de gestion des inondations au Pakistan

A la suite des inondations de 2010 au Pakistan, l’UNESCO a lancé un projet, en coopération avec le Gouvernement japonais, ayant pour but de renforcer les capacités du Gouvernement du Pakistan dans la prévision et la gestion des risques d’inondations de grande ampleur, ainsi que de réaliser une cartographie des risques de crues le long du fleuve Indus. Plus spécifiquement, l’objectif de ce projet est de réduire les impacts négatifs des inondations au Pakistan, d’en accroître les bénéfices sociaux, économiques et écologiques, et d’encourager la construction d’installations plus sûres dans les zones inondables, à travers :

 

  • le renforcement stratégique des systèmes nationaux d’alerte précoce ;
  • le développement et l’utilisation de cartes des risques d’inondation par les communautés ;
  • le développement de plateformes à la fois internationales et locales pour un partage en temps réel d’observations et de données hydrométéorologiques.

Une attention toute particulière est accordée à la prise en considération des besoins et compétences spécifiques des femmes pakistanaises lors des inondations, aux étapes successives de la conception, de la mise en œuvre et de l’évaluation d’un tel projet.

 

Retour en haut de la page