Femmes et savoirs autochtones

© Menuka Scetbon-Didi / Femme Mayangna, Réserve de biosphère Bosawas (Nicaragua)

Une attention particulière est portée sur le rôle clé des femmes en tant que détentrices des savoirs locaux et autochtones et agents des changements et de la cohésion de la communauté au niveau local. En particulier, l'UNESCO souligne le rôle des femmes dans la transmission, la préservation et l'élaboration des savoirs locaux, en particulier dans tout ce qui concerne le développement durable, la préparation aux catastrophes naturelles, la biodiversité et le changement climatique. En effet, les femmes sont bien souvent les utilisatrices principales et les gestionnaires des ressources naturelles telles que l’eau potable, le combustible ou les petites parcelles agroforestières, les plantes médicinales, etc. et par conséquent elles possèdent des connaissances étendues sur celles-ci.

Par exemple, l’UNESCO a organisé en janvier 2015 un atelier à Guatemala City, réunissant des femmes autochtones venues du Guatemala, du Salvador et du Panama. L’objectif de cet atelier était d’encourager ces femmes à présenter leurs projets communautaires dont le but est de générer un revenu tout en exploitant de manière durable les pollinisateurs et la biodiversité qui les entoure. Cet atelier, organisé dans le cadre de l’évaluation de la pollinisation et des pollinisateurs associés avec la production alimentaire par la Plate-forme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), a donné aux participantes l’opportunité d’échanger entre elles leurs idées et de partager leurs expériences sur les savoirs traditionnels qu’elles détiennent et sur l’importance de ceux-ci pour adresser les défis du développement contemporain.

  • Rapport complet de l’atelier (en cours de réalisation)

De plus, dans les petits États insulaire en développement (PEID) du Pacifique, les efforts de l’UNESCO pour évaluer, surveiller et gérer les récifs coralliens, les mangroves et les herbiers marins se concentrent plus spécifiquement sur les connaissances autochtones que possèdent les femmes, principales utilisatrices de ces ressources naturelles en particulier.

Publications

Savoirs des femmes : médecine traditionnelle et nature (Maurice, Réunion, Rodrigues)
UNESCO, 2011

La Réunion, Maurice et Rodrigues présentent des traditions médicinales uniques. Fruits d’un processus de créolisation dont les origines sont multiples, ces usages sont indissociables de la nature dans laquelle ils puisent et constituent une clé privilégiée pour mieux comprendre des sociétés en constante dialectique entre tradition et modernité.

Cet ouvrage met en lumière la connaissance spécifique qu’ont les femmes des plantes médicinales et des gestes médicaux traditionnels, notamment ceux qui accompagnent la grossesse et la naissance. Il interroge également sur la place des savoirs médicinaux autochtones dans des sociétés insulaires confrontées à une occidentalisation croissante et à des mouvements de repli identitaire.

La médecine traditionnelle dans l’océan Indien : la santé et la communauté des Etats insulaires (pdf, multilingue)
UNESCO, 2015

Cet ouvrage fait partie d’un projet plus vaste qui implique des praticiens de la médecine traditionnelle des PEID de l’océan Indien ainsi que de Madagascar. L’UNESCO soutient les tradipraticiens afin que ceux-ci puissent s’associer et collaborer dans le but d’identifier leurs priorités communes et leurs besoins, et mène des activités de renforcement de leurs capacités leur permettant d’adresser efficacement ces priorités. Par exemple, dans les Comores, l’UNESCO soutient les femmes qui pratiquent la médecine traditionnelle et souhaite valoriser leurs savoirs en partenariat avec les autorités officielles de santé.

Retour en haut de la page