Assurer leur place aux autochtones au sein de régions protégées dans les îles Surin, Mer d'Andaman, Thaïlande

©UNESCO/N.Hinshiranan
Indigenous People and Parks - the Surin Islands Project

Il existe aujourd'hui une grande conscience du besoin d'inclure les communautés locales dans les efforts de préservation des paysages culturels et de l'héritage écologique. Munies de leurs savoirs, compétences et traditions spécifiques, les communautés autochtones ont beaucoup à contribuer envers la gestion de ces régions. Cependant, lorsque des régulations mises en place freinent leur capacité à maintenir leur culture et leur mode de vie traditionnels, il y a lieu de s'inquiéter.

Résumé : les îles et régions côtières sur les rives orientales de la mer d'Andaman hébergent une population distincte, celle des 'Chao Lay' ou 'nomades de la mer', dont les modes de vie, langues et cultures diffèrent du reste de la société thaïlandaise. L'un des groupes 'Chao Lay', les Moken, continuent à assurer un mode de vie semi-nomadique.

Ayant fréquenté depuis plusieurs siècles les Îles Surin, situées à environ 60 km des côtes de la Thaïlande continentale, un groupe de Moken a décidé depuis quelques décennies de s'y installer de façon plus permanente. Les Moken vivent en tant que chasseurs et récolteurs des ressources se trouvant sur terre et en mer, et échangent des produits de la mer, par exemple le concombre de mer et des coquillages, afin de se procurer du riz et d'autres nécessités. Les 150 Moken vivant dans les Îles Surin construisent des maisons élevées sur la mer, et déplacent parfois les sites de leurs villages afin d'éviter des disputes ou des maladies.

En 1981 le gouvernement thaïlandais a déclaré les Îles Surin comme étant un espace protégé et y a établi un parc national. Selon les régulations du parc, les Moken n'ont plus le droit de continuer la récolte traditionnelle des ressources, ni même le droit de vivre dans le parc. Cela pose un sérieux problème en ce qui concerne les effets que peuvent avoir les régulations sur le potentiel des Moken à maintenir leur culture et leur mode de vie traditionnels.

Afin d'adresser ces problèmes, un projet de terrain a été initié en 1997, intitulé 'Assurer leur place aux autochtones au sein des régions protégées dans les Îles Surin, Mer d'Andaman, Thaïlande'. Ce projet a été mis en place par l'Institut de Recherche Sociale de l'Université Chulalongkom et soutenu par l'UNESCO par l'intermédiaire du bureau régional de Bangkok, de la Commission Océanographique Intergouvernementale (IOC), et de la plate-forme intersectorielle et interdisciplinaire des Régions Côtières et Petites Îles (CSI) / Systèmes de Savoirs Locaux et Autochtones (LINKS).

Suite à une évaluation rapide, en décembre 1997, des problèmes affectant la communauté Moken des Îles Surin, une série d'ateliers a été organisée afin de permettre aux intéressés de joindre leurs efforts pour entretenir un dialogue qui serait en mesure de faciliter la préservation de l'héritage naturel et culturel des Moken et des Îles Surin.

Suite à ces les ateliers, plusieurs mesures ont été définies dans le cadre du projet. Chaque mesure représente un progrès dans la découverte des options qu'offre le développement durable pour la communauté Moken, leur permettant de maintenir et améliorer leur mode de vie tout en préservant la biodiversité des Îles Surin. Parmi les mesures du projet figurent par exemple l'évaluation des ressources à partir de la connaissance scientifique et du savoir des Moken concernant l'écologie, la préparation de matériel de lecture pour les enfants Moken, l'apprentissage de l'artisanat, la formation de base en matière de santé et aide sociale, la préservation des tortues et la mariculture des palourdes géantes. Le travail a déjà été entamé sur certaines de ces activités, et une mise à jour est incluse dans le dernier chapitre du livre.

À travers la région, et dans de nombreuses autres régions du monde, la priorité  est de trouver des solutions durables qui bénéficient les communautés autochtones et l'environnement, tout en atteignant les objectifs nationaux pour le tourisme et le développement. Les résultats de ce projet peuvent servir de modèle dans la région Andaman et ailleurs.

Le texte est tiré du sommaire exécutif de Indigenous peoples and parks. The Surin Islands Project. Coastal region and small island papers 8, UNESCO, Paris, 63pp. (anglais | thaïlandais)

LIEN :
Pour plus d'information, voir le descriptif du projet sur le site de UNESCO Bangkok.

Retour en haut de la page