Journée internationale de la langue maternelle 2012

Raviver la langue et la culture Mayangna : L’importance de l’enseignement en langue maternelle au Nicaragua

En Janvier 2012, l'UNESCO a organisé un atelier à Managua, au Nicaragua, dans le but de travailler avec les enseignants mayangnas et les professionnels de l'éducation bilingue pour améliorer la qualité de l’enseignement en langue maternelle que les enfants mayangnas reçoivent. En particulier, les enseignants ont été introduits aux versions pilotes du matériel pédagogique en langue mayangna, basé sur la publication de l'UNESCO intitulée «Savoirs du Peuple Mayangna sur la coexistence de l'homme avec la nature : poissons et tortues". Ce matériel a été développé par une équipe de professionnels de l'éducation Mayangna, en collaboration avec l'UNESCO et le ministère de l'Education au Nicaragua. Dans ce diaporama audio, un linguiste Mayangna formé à l’enseignement de la langue maternelle discute avec un enseignant Mayangna sur l'importance de l'éducation en langue maternelle pour eux, leurs élèves et leurs communautés.

Voir la transcription en dessous de la video


En janvier 2012, un groupe d’enseignants mayangna et de professionnels de l’éducation ont participé à l’atelier :

“Raviver les Savoirs et la Langue mayangna au sein des Ecoles de la Réserve de Biosphère BOSAWAS au Nicaragua »

Deux participants parlent de l’éducation en langue maternelle.

Francisco Miguel Castro, enseignant en éducation bilingue, Mukuswas, Nicaragua.

- Bonjour

Francisco: Bonjour (en mayangna)

Francisco: Je m’appelle Francisco Miguel Castro. Je travaille pour l’éducation et les écoles mayangna, plus particulièrement dans la communauté des Mukuswas. Lorsque j’étais enfant, j’étudiais… j’avais un professeur espagnol et ça m’était très difficile d’apprendre car je ne parlais pas l’espagnol. J’étais comme un objet qui écoutait et rien d’autre.

Elizabeth Salomón McLean, linguiste en langue autochtone mayangna, Awastingni, Nicaragua.

Elizabeth: Je m’appelle Elizabeth Salomón McLean, je suis Mayangna de Awastingni et je suis linguiste en langue autochtone mayangna. Je travaille [également] dans l’éducation où je développe des outils didactiques et grammaticaux pour l’éducation bilingue. Quand je suis allée à l’école pour la première fois, c’était très difficile pour moi car je ne comprenais pas ce que disait le professeur et je ne savais pas quand répondre par « oui » ou « non », parce que c’était pour moi un monde obscur. J’étais tout de même très bonne élève et j’obtenais de très bonnes notes car généralement, je mémorisais chaque mot en espagnol.

Quelle est l’importance de l’éducation en langue maternelle ?

Francisco: L’éducation se fait dans notre propre langue et actuellement ce sont nos propres enfants qui sont à l’école. Ils sont davantage libres d’exprimer leurs connaissances, ce qu’ils observent, leur réalité et au-delà de ça, ils sont fiers d’appartenir à une langue qui leur est propre, ils sentent qu’ils ont les mêmes droits que les autres nations.

Quels sont les défis que rencontre l’éducation en langue maternelle ?

Elizabeth: Lorsque l’éducation bilingue a commencé, de nombreux parents ont rejeté l’idée car ils pensaient : « nous ne voulons pas que nos enfants apprennent dans leur langue maternelle, ils la connaissent déjà. Ce n’est pas une nécessité. » Plus tard, lorsqu’ils ont réalisé l’importance et la vraie valeur de leur identité, ces mêmes parents ont commencé à l’accepter.

Elizabeth dit au revoir en langue mayangna de la part du groupe.

Elle dit qu’elle est ravie que le monde entier puisse se familiariser avec la culture et la langue mayangna.

 

Retour en haut de la page