Savoirs du Peuple Mayangna sur la coexistence de l'homme avec la nature : poissons et tortues

Par Paule M Gros and Nacilio Miguel Frithz

La forêt pluviale tropicale d’Amérique centrale qui longe la frontière entre le Nicaragua et le Honduras abrite aussi les peuples mayangna et miskito depuis des siècles. Grâce à leurs modes de subsistance basés sur l’agriculture itinérante sur brûlis, la pêche et la chasse, ils ont à la fois façonné le système écologique local et ont prévenu sa destruction. Leurs savoirs sur la flore et la faune locales sont à la fois vastes et approfondis. A travers la protection et la gestion dont elle bénéficie grâce à ces peuples, cette forêt pluviale revêt une extrême importance en termes de biodiversité de l’Amérique Centrale. La forêt comprend la réserve de biosphère BOSAWAS au Nicaragua, connue aussi sous le nom de Cœur du couloir biologique mésoaméricain.

Après plusieurs rencontres avec des assemblées de chefs mayangnas, le programme sur les Systèmes de savoirs locaux et autochtones de l’UNESCO (LINKS) a répondu à la demande des chefs autochtones qui consistait à enregistrer les savoirs mayangnas et leurs visions du monde. Les communautés ont donc décidé de cibler la première phase de leurs travaux sur les poissons et les tortues qui constituent leur principale source de protéines et un aspect essentiel du mode de vie mayangna.

Au terme de plusieurs entretiens, discussions et analyses menés au niveau de la communauté, le projet s’est concrétisé sous la forme d’un livre de plus de 450 pages autour des savoirs et des savoir-faire mayangnas. Le livre « Conocimientos del Pueblo Mayangna sobre la Convivencia del Hombre y la Naturaleza: Peces y Tortugas » (Savoirs du Peuple Mayangna sur la coexistence de l'homme avec la nature : poissons et tortues) est réparti en deux volumes et publié en deux langues : mayangna et espagnol. Il révèle dans les moindres détails l’étendue et la profondeur des savoirs autochtones autour du monde aquatique. Un large éventail d’informations sur les 30 poissons et les six tortues qui occupent les eaux mayangnas y est présenté. Ces informations mêlent des observations empiriques sur les schémas du comportement, de l’habitat, de la reproduction et de la migration avec des commentaires sociaux sur le partage, l’apprentissage ou la récolte ainsi que des réflexions cosmologiques sur les relations entre humains et animaux et les esprits supérieurs.

Pour le peuple mayangna et l’UNESCO, le livre a deux objectifs :
Tout d’abord, il participe à la transmission des savoirs autochtones sur le monde naturel aux futures générations mayangnas. Ensuite, il propose à la communauté scientifique et au grand public un énoncé sur la nature singulière des savoirs locaux et le rôle clé que jouent les Mayangnas en termes d’usage durable des ressources et de gestion de la biodiversité de la réserve de biosphère BOSAWAS.

La version espagnole du livre (en 2 volumes) a fait l’objet d’une présentation le 29 janvier 2010 à l’occasion de la ‘Conférence internationale sur la biodiversité : science et gouvernance’ dans le cadre de l’Année internationale de la biodiversité. Quant à la version Mayangna (en 2 volumes), elle a été présentée en juillet 2010 à Managua, au Nicaragua, où elle a reçu un vif succès.

Pour commander un exemplaire, contactez links(at)unesco.org

 

Liens connexes:

Retour en haut de la page