L’eau et les Peuples Autochtones

VERSION ESPAGNOLE publiée le 14 AOUT 2007

El Agua y los Pueblos Indígenas a été lancée à l’occasion du Sixième Dialogue Interaméricain sur la Gestion de l’Eau, au Guatemala. Le lancement de l’ouvrage a été présidé par Mme Katherine Grigsby, représentante de l’UNESCO au Guatemala, au sein de la session 'La gente alrededor del agua: comunicación, concientización y cultura del agua' (Les gens autour de l'eau: communication, conscientisation et culture de l'eau). 

Les peuples autochtones de tous les coins du globe continuent à se battre pour la reconnaissance de leur visions uniques en matière d’’eau, aussi bien chez eux que dans les forums nationaux, régionaux et internationaux. Cependant, à quelques exceptions près, leurs voix restent masquées par le discours traditionnel qui considère l’eau comme une simple marchandise.

Cette publication contient les articles présentés aux second et troisième forums mondiaux sur l’eau (la Hague en 2000 et Kyoto en 2003). Elle met en avant quelques unes des critiques autochtones les plus virulentes lors de débats internationaux sur l’accès à l’eau, son utilisation et sa gestion, ainsi que les expressions de générosité des autochtones qui ont accepté de partager les savoirs et les stratégies de leur communauté afin de proposer des solutions à la crise mondiale de l’eau.

L’absence de populations autochtones dans les processus mondiaux de développement est un double frein. Premièrement, les peuples autochtones risquent d’être laissés de côté malgré leurs réels besoins pour atteindre des modes de vie sures et durables. Deuxièmement, et encore plus inquiétant, l’appauvrissement et le labeur des peuples autochtones pourraient être en fait exacerbés par cette incitation mondiale à réaliser les OMDs.

 

En réponse à la pression internationale, les gouvernements risquent de renforcer leur exploitation des terres et territoires autochtones, dépossédant ainsi ces populations de leurs ressources naturelles dont elles dépendent pour subvenir à leurs besoins de base. A titre d’exemple, les projets de développement hydroélectriques à grande échelle ciblent souvent les terres autochtones car elles sont considérées comme sous-peuplées, sous-utilisées ou encore «en friche ». Par ailleurs, les sources d’eau des communautés autochtones qui leurs ont permis de maintenir leurs multiples usages et stratégies de survie sont souvent confisquées pour fournir de l’eau à boire aux zones urbaines et métropoles. Ainsi, une poursuite des OMDS mal orientée pourrait empirer pour toujours les questions relatives aux peuples autochtones alors que les indicateurs nationaux de bien être pourraient s’améliorer.

 

Par conséquent, il est essential d’impliquer directement les peuples autochtones aux processus de développement, que ce soit aux niveaux local, national ou mondial. Cette publication Water and Indigenous Peoples préconise une révision des efforts de développement internationaux afin de tenir pleinement compte des savoirs, valeurs, régimes fonciers, gestion coutumière, organisation sociale et droits en matière d’eau des peuples autochtones. Les contributions couvrent un large éventail d’approches et questions, allant des “visions du monde” aux “luttes pour les droits”.


UNESCO, 2006, Water and Indigenous Peoples. Révisé par R. Boelens, M. Chiba et D. Nakashima. Knowledges of Nature 2, UNESCO: Paris, 177 pp.

Pour demander un exemplaire, envoyer un mail à - links(at)unesco.org

Version PDF (Anglais  -  Espagnol)

 

Informations pertinentes :
Message de M. Koïchiro Matsuura, directeur général de l’UNESCO
à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau 2006 : « Eau et culture » - 22 mars 2006

Troisième Forum Mondial sur l'Eau - L'Eau et la Diversité Culturelle 2003 
Extraits, rapport de session, résultats et mandats d'action

Second Forum Mondial sur l'Eau - L'eau et les Peuples Autochtones 2000
Extraits, rapport de la conference

Retour en haut de la page