Savoirs locaux et autochtones

©F.R. Hickey
Transport de feuilles sur un canoe

Les savoirs sophistiqués sur l’environnement naturel ne sont pas réservés à la science. Partout dans le monde des sociétés possèdent de riches corpus d’expériences, de savoirs et d’explications. Les savoirs locaux et autochtones comprennent les connaissances, savoir-faire et philosophies développés par des sociétés ayant une longue histoire d’interaction avec leur environnement naturel. Pour les peuples ruraux et autochtones, le savoir traditionnel est à la base des décisions prises sur des aspects fondamentaux de leur vie quotidienne.

Ce savoir est une partie intégrante d’un système culturel qui prend appui sur la langue, les systèmes de classification, les pratiques d’utilisation des ressources, les interactions sociales, les rituels et la spiritualité. Ces modes de connaissance uniques sont des éléments importants de la diversité culturelle mondiale et sont à la base d’un développement durable localement adapté.

Le Programme Systèmes de savoirs locaux et autochtones (LINKS) est une initiative interdisciplinaire de l'UNESCO qui rassemble l'expertise des secteurs des Sciences Naturelles, Sciences Sociales & Humaines, Culture, Communication & Information, et Éducation.

 

Nominations pour l'atelier de l'IPBES sur les savoirs locaux et autochtones

Mise à jour: Date limite de soumission des nominations prolongée jusqu'au 15 avril 2013

 

Jusqu’au 28 Mars 2013, les nominations d’experts et de parties prenantes pour assister à un atelier international organisé dans le cadre de la Plate-forme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) sont ouvertes. L'objectif principal de cet atelier est d'identifier les procédures et les approches susceptibles de développer des synergies entre les savoirs locaux et autochtones et la science. Organisé, au nom du groupe d'experts multidisciplinaire de l’IPBES, par l'UNESCO, l'UNU et le ministère de l'Environnement du Japon, cet atelier aura lieu du 9 au 11 Juin 2013 à Tokyo (en anglais uniquement). 

La plateforme intergouvernementale sur la Biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) a été fondée récemment par les gouvernements du monde entier afin de renforcer le dialogue entre les décideurs politiques et la communauté scientifique. Ce mécanisme mondial est conçu pour recueillir, analyser et synthétiser les informations qui éclaireront la prise de décisions sur la lutte contre la perte de biodiversité et la dégradation des services écosystémiques. Les connaissances des populations autochtones et des communautés locales contribuent  de manière essentielle , tout autant que la science, à la compréhension de la situation et des tendances en matière de services de la biodiversité et des écosystèmes. Pour cette raison, les fonctions de l'IPBES, les principes de  son fonctionnement et son programme de travail reconnaissent et respectent explicitement "la contribution des connaissances autochtones et locales à la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité et des écosystèmes» (UNEP/IPBES.MI/2/9 Appendix 1, para. 2 (d)).

La plénière de l'IPBES, à sa première session, a décidé d'inviter les membres, observateurs et autres parties prenantes à soumettre au secrétariat des candidatures pour la participation à l'atelier d'experts multidisciplinaire sur les connaissances autochtones et locales, tout en respectant une distribution géographique équilibrée. Ces candidatures seront examinées par le groupe d'experts multidisciplinaire.

Les candidatures devront être soumises au plus tard le 28 mars 2013. Pour télécharger le formulaire de candidature et accéder à des informations supplémentaires, veuillez consulter le tableau interactif des activités intersessionnelles de l’IPBES disponible ici: http://www.ipbes.net/plenary/intersessional.html.

Pour ceux qui ont des difficulté à accéder au site de l’IPBES, le formulaire de candidature pour l'atelier sur les connaissances autochtones et locales est également disponible ici (en format Word document ou  PDF). Les formulaires dûment remplis, accompagnés des CV des candidats, doivent être soumis via courrier électronique à ipbes.unep(at)unep.org avant la date limite. 

 

Les savoirs autochtones et la science: de la reconnaissance à la co-production des savoirs

©Jennifer Rubis

“Nous, peuples autochtones, marchons vers l’avenir dans les pas de nos ancêtres”

A Rio en 1992, les peuples autochtones ont exprimé leur engagement envers le développement durable enraciné dans les savoirs et les visions de leurs ainés. En 2012, à Rio+20, une session thématique a eu lieu le 13 juin en plénière sur les savoirs autochtones durant le Forum sur la Science, la Technologie et l’Innovation pour le Développement Durable. Basée sur les résultats du panel sur les Peuples autochtones et les avenirs durables, organisée à Londres le 28 mars 2012 en marge de la conférence Planète sous pression (Planet Under Pressure), cette session a abordé, entre autres, le thème de la gouvernance environnementale mondiale qui est de plus en plus modelée par un engagement croissant parmi les détenteurs de savoirs locaux et autochtones, la communauté scientifique et les décideurs.

Systèmes de savoirs, Diversité des savoirs, Sociétés du savoir : vers une politique d’engagement de l’UNESCO en faveur des peuples autochtones

© Paule Gros
Mayangna woman and mupih (Nicaragua)

L'UNESCO est sur le point de mettre en place un processus d’élaboration d'une politique d’engagement en faveur des peuples autochtones. Une table-ronde en marge de la Conférence Générale a inauguré le 10 Novembre ce processus, avec la participation des plus éminents porte-paroles autochtones des trois institutions de l'ONU les plus significatives en matière de droits des peuples autochtones : M. James Anaya, rapporteur spécial des NU sur les droits des peuples autochtones, Mme Myrna Cunningham, présidente de l’Instance permanente sur les questions autochtones et M. Vital Bambanze, président du Mécanisme d'Experts sur les droits des peuples autochtones des NU.

Le savoir des éleveurs, les prévisions météorologiques et l’adaptation au changement climatique

Des éleveurs africains

Afin d’examiner les moyens de renforcer la politique de réponse au changement climatique au sein à la fois de la science et des savoirs traditionnels, un atelier sera organisé à Ndjamena, au Tchad, du 7 au 9 novembre 2011. L’atelier regroupera des éleveurs africains et des fournisseurs de services météorologiques pour déterminer comment les systèmes de savoirs traditionnels et ruraux, ainsi que leurs stratégies d’adaptation, pourraient interagir avec la science météorologique dans le but de diffuser les informations nécessaires aussi bien à l'établissement de politiques d’adaptation au changement climatique qu'aux prévisions météorologiques spécifiquement locales.

Journée internationale des peuples autochtones (09 août)

© Paule Gros

Les peuples autochtones possèdent certaines des clés qui permettent de s’attaquer aux défis mondiaux. Alors que nous nous employons à promouvoir un développement durable et équitable, il est vital que nous entendions leur voix. Le programme de l’UNESCO en faveur  des Systèmes de savoirs locaux et autochtones (LINKS) a pour objet la reconnaissance mondiale de l’importance des savoirs autochtones pour la compréhension des conséquences du changement climatique et l’élaboration de moyens permettant de s’adapter au niveau local.

Savoirs du Peuple Mayangna sur la coexistence de l'homme avec la nature : poissons et tortues

Mayangna woman

La forêt pluviale tropicale d’Amérique centrale qui longe la frontière entre le Nicaragua et le Honduras abrite aussi les peuples mayangna et miskito depuis des siècles. Grâce à leurs modes de subsistance basés sur l’agriculture itinérante sur brûlis, la pêche et la chasse, ils ont à la fois façonné le système écologique local et ont prévenu sa destruction.

> Résumé du livre

L'UNESCO et le changement climatique mondial

[Uniquement disponible en anglais]

UNESCO’s Strategy for Action on Climate Change was approved at its 179th Executive Board in April 2008. The Strategy helps to position the Organisation’s climate change activities within overall joint action by the UN system. In January 2008 an Intersectoral Platform, UNESCO Action to address climate change, was created to coordinate and foster UNESCO activities in this domain.  

50e anniversaire d'IOC

© Fackler/NOAA National Marine Sanctuaries
Kelp forest, Channel Islands National Marine Sanctuary (USA)

[Uniquement disponible en anglais]

The IOC celebrates its 50th anniversary in 2010. Beginning with the International Indian Ocean Expedition in 1960 the IOC has worked to promote international co-operation in researching and protecting the ocean.

Retour en haut de la page