28.06.2010 -

L'UNESCO met en place une unité multimédia mobile pour les déplacés internes à Haïti

Pour faire face à l'isolement des déplacés internes à Haïti, l'UNESCO a mis en place un projet d'unité multimédia mobile. Ce projet a pour objectif de permettre aux sinistrés, notamment les jeunes, de s'approprier les nouveaux outils de communication, afin d'accroître l'accès à l'information, de contribuer à la résilience communautaire et de favoriser la cohésion sociale à l'intérieur des camps.

A Haïti, les personnes vivant dans les camps manquent souvent du strict nécessaire. Ils ne disposent pas non plus de moyens de communication et se sentent déconnectés du reste du pays et du monde. Afin de lutter contre ce sentiment d'isolement et d'abandon, l'UNESCO a mis en place un projet d'unité multimédia mobile (UMM) en partenariat avec le groupe Médialternatif, la Fondation AFP, Reporters sans frontières et le Collectif Haïti de France (CHF). Le projet a été lancé le 21 juin 2010 au golf de Pétionville et sera étendu à d'autres camps dans les prochaines semaines.

 

Le terrain de golf de Pétionville à Port-au-Prince, qui a accueilli près de 50 000 personnes déplacées internes (PDI) depuis la tragédie du 12 janvier, est probablement le plus grand camp de déplacés de Haïti. Parmi les collines arborées, s'étend à perte de vue un patchwork de tentes, de bâches et d'abris de fortune en plastique de différentes couleurs. En dépit des pluies trop fréquentes, du sentiment d'abandon et de toutes les épreuves endurées, les déplacés tentent de vivre, ou plutôt de survivre.

 

L'UMM, appelée "Telesant mobil" en créole, est composée de huit ordinateurs portables (seize à terme) équipés d'un accès Internet sans fil, installés sous une tente. L'UMM est présente par roulement un jour par semaine dans six camps de Port-au-Prince ou des environs. Elle permet aux déplacés d'avoir accès à un ordinateur et à Internet. Les six camps qui participent au projet sont le golf de Pétionville, Corail Cessless, Tabarre Issa, Kid, Acra et Les Sœurs Salésiennes de Carrefour.

 

L'UMM a reçu un accueil très chaleureux de la part de l'équipe de gestion du camp de Pétionville et du comité chargé de constituer le groupe de jeunes femmes et jeunes hommes choisis pour participer àemière session de formation. Finalement, soixante personnes, âgées de 11 à 29 ans, étaient présentes le premier jour. Certains participants ont très vite recherché l'information dont ils avaient besoin. Ruth Jean, 21 ans, qui vient de finir des études d'infirmière, témoigne : "Ce projet me donne la possibilité de faire des recherches dans mon domaine. Ici, dans les camps, il y a beaucoup d'infections sexuellement transmissibles et de nombreuses personnes sont touchées. Internet me permet de parfaire mes connaissances sur ces infections et de mieux aider les gens."

 

Le principal objectif du projet est de permettre aux déplacés internes, notamment les jeunes, de s'approprier les nouveaux outils de communication, afin d'accroître l'accès à l'information, de contribuer à la résilience communautaire et de favoriser la cohésion sociale à l'intérieur des camps.

 

Chaque camp va créer un blog qui sera animé par les participants. Ces derniers pourront utiliser des caméras et des ordinateurs pour faire des reportages sur la vie dans les camps et les mettre en ligne sur le web. Les six blogs seront reliés entre eux et hébergés sur une page dédiée sur le <a target=_blank href="http://www.alterpresse.org/">site Alterpresse</a>, réseau alternatif haïtien d'information du groupe Médialternatif. Ainsi l'information en provenance des camps pourra toucher les autres segments de la population et les médias, mais aussi les internautes du monde entier.

Le projet est également destiné à renforcer les compétences et les connaissances afin de faciliter le retour des déplacés chez eux. Grâce à deux animateurs, l'UMM permet de donner aux déplacés des cours d'initiation à l'informatique. Beaucoup de Haïtiens n'ont jamais eu la possibilité de se servir d'un ordinateur ou de surfer sur Internet. L'UMM fait donc aussi office de centre d'éducation non formelle et contribue à la diversification de l'utilisation des technologies de l'information et de la communication (TIC) chez les jeunes déplacés.

 

Pour les utilisateurs plus avancés, l'UMM permet de faire des recherches d'emploi, de trouver des informations sur le microcrédit, de chercher une formation, une orientation pour faire des études et les possibilités de bourses, ou encore de démarrer une petite entreprise. L'UMM a pour vocation d'élargir l'horizon des personnes vivant dans les camps et de leur permettre d'explorer l'énorme potentiel offert par Internet. Par exemple, on incite les participants à rechercher des modèles de CV et de lettres de motivation. Disposer d'un CV bien fait ne pourra qu'aider les déplacés à trouver du travail, aussi bien auprès des ONG locales et internationales que dans le secteur privé.

 

Mis en place en totale coopération avec les communautés, le projet d'unité multimédia mobile permet également de développer les relations entre les personnes dans les camps, notamment les jeunes, en insufflant un sens de l'unité, en donnant de l'espoir pour l'avenir et en réduisant les risques de tomber dans des activités délictuelles.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page