15.10.2010 -

L'UNESCO soutient une formation sur les risques naturels pour les journalistes haïtiens

L'Association des journalistes haïtiens (AJH) et l'UNESCO ont organisé une formation sur les risques naturels pour 380 journalistes de Port-au-Prince et de neuf départements du pays, avec le soutien de la Direction de la Protection Civile haïtienne (DPC). Ce séminaire de trois jours vise à préparer les journalistes à mieux communiquer des informations utiles à la population en cas de catastrophe naturelle.

La formation, qui a démarré au mois d'août 2010, a déjà bénéficié à 200 journalistes dans huit zones (Fort-Liberté, Cap-Haïtien, Saint-Marc, Gonaïves, Hinche et Mirebalais, Jacmel, Miragoane, Jérémie).

 

« Cette formation offre aux journalistes plus d'instruments pour être capables de sensibiliser la population aux catastrophes naturelles, explique Jacques Desrosier, le secrétaire général de l'Association des journalistes haïtiens. Après le séisme du 12 janvier, les journalistes se sont rendu compte que mieux informer la population permettait d'adopter de meilleurs comportements en cas de catastrophe naturelle. En effet, le tremblement de terre a tout mis à bas, il n'y avait plus de moyens de transport, les réseaux de téléphone ne fonctionnaient plus. Le seul moyen de communication qui marchait encore, c'était la radio. C'est un instrument essentiel pour véhiculer des informations à destination de la population. »

 

L'UNESCO estime que les journalistes jouent un rôle vital dans la diffusion d'informations permettant de réduire l'impact des catastrophes naturelles sur les populations. Deux journées de cette formation seront consacrées à la préparation de reportages et d'émissions sur la prévention des risques et les conséquences des catastrophes naturelles. Une journée du séminaire sera réservée à des cours théoriques sur les différents types de catastrophes naturelles et les attitudes à adopter dans chaque cas, qui seront dispensés par la Protection civile haïtienne. La formation permettra aussi aux journalistes haïtiens de renforcer leur connaissance du système humanitaire mis en place par les agences des Nations Unies en cas de catastrophe naturelle.

Haïti a été victime le 12 janvier d'un tremblement de terre de force 7,1 qui a fait entre 220 000 et 300 000 victimes. Le pays est traversé par deux importantes failles sismiques, l'une au Sud, l'autre au Nord, qui font peser une menace permanente sur les habitants. Par ailleurs, les régions côtières sont régulièrement frappées par des cyclones, des ouragans ou des pluies diluviennes qui provoquent des coulées de boues. Cette année la saison cyclonique risque d'être particulièrement violente, notamment pour les 1,5 million de personnes vivant toujours sous des tentes et des abris de fortune dans les camps de déplacés.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page