Vol 1 N° 2 [Janvier–mars 2003]

 

SOMMAIRE

PLEINS FEUX SUR
p 2 - L’Année internationale de la montagne

ACTUALITÉS
p 7 - Vaste étude de la mer d'Aral
p 8 - 18 nouveaux sites sont ajoutés au Réseau mondial des réserves de biosphère
p 8 - L’Année internationale de l’eau douce est lancée
p 9 - L’UNESCO et le groupe SUEZ s’unissent pour faciliter l’accès à l’eau
p 9 - UNITWIN souffle ses dix bougies
p 10 - L’espace nous invite à rêver
p 10 - De jeunes chercheurs reçoivent des subventions du MAB

INTERVIEW
p 11 - Patricio Bernal explique pourquoi la COI «suit» les recherches sur le stockage du carbone dans l’océan

HORIZONS
p 14 - Travaux pratiques de laboratoire : être ou ne pas être

EN BREF
p 16 - Calendrier
p 16 - Vient de paraître
p 16 - Organes directeurs

Lien direct vers Planète science Vol. 1 n°2 (document PDF)
Voir aussi les ARCHIVES de Planète science

 

ÉDITORIAL

Les pieds sur terre, la tête dans les nuages

Les montagnes sont extraordinaires. Qui ne s'émerveillerait en voyant des girafes brouter en Tanzanie sur fond de Kilimandjaro couronné de neige, ou en voyant la chaîne de l'Atlas dominant le désert marocain ?

Nous admirons leur beauté, mais sommes-nous bien conscients du rôle déterminant que joue la montagne en régulant le climat et le bilan énergétique de la planète, en servant de mémoire de l’histoire du monde, en nous fournissant l’eau douce et l’essentiel de ce qui subsiste de la diversité génétique dans le monde, et notamment les précieux gènes des espèces cultivées ? Les montagnes ont été qualifiées de «châteaux d’eau de la planète» : elles alimentent en eau plus de la moitié de la population mondiale et sont à l’origine de tous les grands fleuves du monde.

Pour majestueuses que soient les montagnes, les écosystèmes qu’elles abritent n’en sont pas moins fragiles. Souvent fins, leurs sols s’érodent facilement, ce qui limite la croissance des plantes et les rend vulnérables aux atteintes de l’homme. Les montagnes ont aussi une longue histoire d’exploitation économique et de négligence politique. Aujourd’hui le changement climatique planétaire fait peser sur elles de nouvelles menaces, en faisant fondre les glaciers à une vitesse accélérée et en accroissant la fréquence des catastrophes naturelles, qui coûtent cher en termes humains et économiques.

Nous verrons, dans ce numéro du Bulletin, qu’il existe de bonnes raisons de s’inquiéter tant pour l’environnement biophysique des montagnes que pour la détérioration des conditions de vie des 500 millions de personnes qui habitent la montagne.

C’est pour attirer l’attention sur l’importance des montagnes et leur développement durable que les Nations Unies ont désigné 2002 comme l’Année internationale de la montagne. À l’UNESCO, son point fort a résidé dans le lancement d’un programme de surveillance continue du changement climatique planétaire, conjointement avec plusieurs des grands partenaires de l’Organisation en matière de recherche, en s’appuyant sur les Réserves de biosphère de montagne de l’UNESCO. Avec cet important projet, l’UNESCO établira des stations de surveillance dans des réserves de biosphère représentatives, afin de recueillir des données concernant les effets du réchauffement climatique sur certains des écosystèmes les plus divers de la planète.

W. Erdelen
Sous-directeur général pour les sciences exactes et naturelles

Retour en haut de la page