Vol 5 N° 4 [Octobre–décembre 2007]

 

SOMMAIRE

PLEINS FEUX SUR
p 2 - L'essor du règne animal (1ère partie)

ACTUALITÉS
p 9 - L'éducation relative à l'eau pénètre en Chine
p 10 - Appui unanime en faveur des gorilles de RDC
p 10 - Le Refuge de l'Oryx (Oman) retiré de du patrimoine
p 11- L'UNESCO intervient après le séisme au Pérou
p 12 - Un plan directeur de science et de technologie en Mongolie

INTERVIEW
p 13 - Robert Hepworth explique pourquoi les espèces migratrices sont parmi les plus menacées du monde

HORIZON
p 16 - Le jour où le Mont Manaro s'est réveillé
p 21 - Des mini-laboratoires séduisent le Moyen-Orient

EN BREF
p 24 - Agenda
p 24 - Vient de paraître

Lien direct vers Planète science Vol. 5 n°4 (document PDF)
Voir aussi les ARCHIVES de Planète science

 

ÉDITORIAL

Déterrer la vérité

Si le tsunami de l’océan Indien et l’ouragan Katrina ont tragiquement démontré à quel point les connaissances en géosciences peuvent nous être indispensables pour atténuer les effets des catastrophes naturelles, les connaissances en géologie bénéficient en permanence à toute la société car tout ce que nous ne pouvons pas faire pousser, toute l’énergie et les matières premières dont la société dépend, vient de la Terre et doit donc être déterré par les géologues.

Avec la diminution du nombre d’étudiants inscrits en géosciences, les spécialistes craignent de voir s’effondrer l’infrastructure de cet enseignement dans le monde entier. Ce n’est pas impossible, car avant que la prospection ne soit davantage relancée par la montée des prix, le déficit sans précédent des inscriptions aura peut-être déjà conduit à la fermeture des départements de géologie. Étant donné la place centrale qu’occupent les sciences de la terre pour notre avenir, cette perspective a de quoi inquiéter.

Pendant les 18 mois à venir, l’Année internationale de la planète Terre, initiée par l’UNESCO et l’Union internationale des sciences géologiques (UISG), va exhorter les politiques à agir. L’inauguration officielle de l’Année aura lieu au siège de l’UNESCO, les 12 et 13 février. Sur sa liste de priorités : réduire la vulnérabilité à l’égard des catastrophes naturelles et celles provoquées par l’homme ; mieux connaître les aspects médicaux des sciences de la terre ; découvrir de nouvelles ressources naturelles et les exploiter de façon durable ; pénétrer sous la peau vivante de la Terre, le sol ; construire plus solide ; tenir compte de l’état du sous-sol avant d’étendre les zones urbaines ; préciser les facteurs non anthropiques du changement climatique ; découvrir des eaux souterraines profondes et peu accessibles ; résoudre certains mystères de l’évolution de la vie.

De grands efforts d’explication seront également entrepris en direction du public. La paléontologue australienne Patricia Vickers–Rich, auteure de l’article de ce numéro sur l’évolution de la vie sur Terre, personnifie cette volonté. Ce récit fascinant résume les découvertes d’un projet en cours, mené par le Professeur Vickers–Rich et ses collaborateurs et parrainé par l’UNESCO et l’UISG, dans le cadre du Programme international de géosciences.

Un second article s’intéresse aux risques géologiques, autre thème de l'Année. Nous suivrons les aventures des habitants d’Ambae aussitôt qu’ils aperçoivent un panache de vapeur et une fumée noire au sommet du volcan qui domine leur île de Vanuatu.

Parmi les grandes manifestations de l’année prochaine, citons l’exposition Planète Terre au siège de l’UNESCO, du 16 octobre au 3 novembre, la 3ème Conférence internationale sur les géoparcs, en juin en Allemagne et le congrès international de géologie, en août en Norvège, sous les auspices de l’UNESCO. Plus de 60 pays ont prévu une multitude de manifestations nationales à l’intention des scientifiques et du public.

Par ailleurs, un rendez-vous à ne pas manquer pour les jeunes de 15 à 20 ans du monde entier : le 31 janvier est la date limite pour participer au concours de photos organisé par l’UNESCO à l’occasion de l’Année de la planète Terre – 40 ouvrages sont à gagner. Consultez les conditions sur le portail des sciences de l’UNESCO.

W. Erdelen
Sous-directeur général pour les sciences exactes et naturelles

Retour en haut de la page