Vol 7 N° 3 [Juillet–septembre 2009]

 

SOMMAIRE

PLEINS FEUX SUR ...
2 Mission vers Mars

ACTUALITÉS
11 Risque de catastrophe en hausse, selon l'ONU
11 22 nouvelles réserves de biosphère
13 Le Cap Vert rejoint le réseau du Campus virtuel
13 Une bibliothèque numérique mondiale
14 Parution de l'Atlas mondial des grands singes Interview
15 Claudio Tuniz retrace la migration humaine depuis l'Afrique

HORIZONS
18 Apprende à vivre avec la sècheresse en Europe
21 Une pincée de sel

EN BREF
24 Agenda
24 Vient de paraître

Lien direct vers Planète science Vol. 7 n°3 (document PDF)
Voir aussi les ARCHIVES de Planète science

ÉDITORIAL

Nous avons marché sur la lune

Le 20 juillet, il y a 40 ans, des hommes marchaient sur la Lune. Pour incroyable qu’il soit, cet exploit risque d’être surpassé au cours du siècle : la Nasa commence à planifier l’établissement d’une station internationale sur Mars d’ici une trentaine d’années. Nos enfants pourraient non seulement voir des images de personnes marchant sur Mars, mais même, pour certains, devenir membres de leur équipe ! C’est donc à l’intention de nos jeunes lecteurs que nous avons imaginé le scénario de Mission vers Mars dans ce numéro.

Quarante ans après la marche sur la Lune, nous célébrons cette année une autre date des conquêtes de l’humanité. Le 24 novembre 1859, Charles Darwin publiait De l’origine des espèces. Il y présentait la théorie selon laquelle les espèces évoluent au fil des générations, grâce à une sélection naturelle qui favorise dans un organisme les caractères héréditaires susceptibles d’améliorer ses chances de vivre assez longtemps pour se reproduire. Depuis 150 ans, la paléontologie, la biologie de l’évolution, la génétique microbienne, la génétique moléculaire, l’embryologie, l’anatomie et d’autres sciences ont accumulé des découvertes corroborant la théorie de l’évolution.

De nouvelles preuves en sont même parvenues d’un secteur inattendu : la physique nucléaire. Claudio Tuniz, du Centre international Abdus Salam de physique théorique de l’UNESCO, explique dans ces pages comment les nouveaux chronomètres et microscopes rayons X perfectionnés grâce aux recherches en physique fondamentale aident à remonter la piste de l’évolution de l’homme et de sa dispersion au cours des deux derniers millions d’années.

On a pu dire que De l’origine des espèces fut l’un des deux coups décisifs portés à l’idée que l’humanité se faisait d’elle-même, l’autre étant la théorie de Nicolas Copernic Sur les révolutions des sphères célestes, où il démontrait que le Soleil et non la Terre était au centre de notre Système solaire. La résistance des théologiens de l’époque fut si acharnée que Copernic attendit d’être sur son lit de mort pour la publier en 1543.

En posant le pied sur la Lune, Neil Armstrong a dit « C’est un petit pas pour l’homme mais un pas de géant pour l’humanité ». Copernic et Darwin auraient pu en dire autant en remettant leurs manuscrits aux éditeurs. Un petit pas de leur part, mais un pas de géant pour l’humanité. Grâce à eux, les écoliers du monde entier savent qui ils sont, d’où ils viennent et où ils vivent. « La réflexion scientifique est le patrimoine commun de l’humanité » disait le Prix Nobel Abdus Salam.

W. Erdelen
Sous-directeur général pour les sciences exactes et naturelles

2009 Année internationale de l'astronomie (AMA2009) –

Liens utiles :

Retour en haut de la page