08.10.2013 - Natural Sciences Sector

L’UNESCO soutient l’enseignement des sciences et l’excellence scientifique au Gabon

© UNESCO/ S. Rouabah. Des éducatrices et éducateurs apprennent a utiliser le kit d'expériences de miscrosciences pendant un atelier de formation, Gabon, 2013

Malgré un taux de scolarisation très élevé (avoisinant les 94%), le Gabon connait un déficit alarmant en diplômés en sciences. La promotion de l'enseignement des sciences est un axe majeur de coopération entre l'UNESCO et le Gabon, sur la demande même du pays, portée par la Délégation permanente du Gabon auprès de l’UNESCO. Cet axe a été confirmé lors de la récente visite au Gabon de la Directrice générale de l’UNESCO Irina Bokova, particulièrement à l’issu de son entretien avec Ali Bongo Ondimba, Président de la République et du ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, chargé de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, qui a lancé un appel très fort pour l’enseignement des sciences dans son pays : « le Gabon veut le meilleur ».

Depuis l’adhésion du Gabon au Projet mondial des  microsciences de l’UNESCO, en 2001, plusieurs formations de formateurs ont eu lieu au Gabon, ainsi qu’au Centre d’excellence de microsciences (CEM) du Cameroun.

Lors de la 191e session du conseil Exécutif de l’UNESCO, La Déléguée permanente du Gabon auprès de l’UNESCO a déposé une requête au nom de son pays, sous l’intitulé «  Microsciences pour les filles au Gabon ». La Directrice générale à mis à la disposition du Bureau de l’UNESCO à Libreville un budget de 90 000 USD afin de mettre en place des activités relevant de l’enseignement des sciences, notamment le Projet mondial des microsciences.

C’est dans ce contexte que l’UNESCO a organisé un atelier de formation sur le programme mondial des expériences de microsciences, du 16 au 19 septembre 2013, à Libreville (Gabon). Une exposition sur les sciences a été organisée en marge de cet atelier. Pour marquer la célébration de l’Année internationale de la coopération dans le domaine de l’eau, des planches pédagogiques sur le recyclage de l’eau ont été offertes à l’IPN pour les classes des sciences dans les écoles de Libreville. Cette exposition a eu un tel succès que les autorités éducatives souhaitent qu’elle soit reconduite à l’occasion de la Journée mondiale de la science au service de la paix et du développement et lors du 2e atelier international sur la chimie, au mois de novembre, à Libreville et à l’université de Masuku à Franceville.

Cinquante formateurs, dont des inspecteurs pédagogiques, conseillers pédagogiques et enseignants des sciences, ont participé aux travaux de cet atelier. Les organisateurs ont porté une attention particulière à la parité, ainsi 50% des participants étaient des femmes. Au cours de la semaine, les participants ont étudié les supports pédagogiques. Ils ont également effectué de nombreuses expériences dans le domaine de la biologie et de la chimie tel que l’électrolyse de l’eau, le dosage dans le domaine de la physique, ou la vérification des lois des circuits en électricité. En fin de formation, les participants se sont penchés sur l’élaboration et l’adaptation des fiches méthodologiques destinées à la formation des enseignants. Une présentation des différents kits a eu lieu afin de permettre aux pédagogues et aux enseignants de créer leur propre « kit gabonais ». Point fort de cet atelier, l’Institut pédagogique national (IPN) a pu élaborer son propre manuel pédagogique en matière de microsciences, grâce au soutien de l’UNESCO.

Fortement attendu par les autorités éducatives nationales, cet atelier a été suivi de près par Gertrude Boundono Simangoye, inspecteur général des Services auprès du ministère de l’Education. Mme Boundono a été désignée officiellement pour représenter le ministre de l’Education nationale, qui a souligné lors de son discours de cérémonie d’ouverture, que le Projet mondial des microscience de l’UNESCO cadre parfaitement avec l’engagement du président de la République du Gabon, d’ouvrir des laboratoires de sciences dans tous les établissements secondaires et de créer une classe d’éveil scientifique dans les établissements pré-primaires et primaires.

Plus d'informations :




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page