Les économies mondiales sont en train de subir une transformation fondamentale des industries fondées sur le savoir. Le rôle des gouvernements est en pleine mutation et le processus démocratique entraine un processus de prise de décision plus complexe.

Les pays ont besoin de répondre aux politiques, programmes, institutions et partenariats qui maximisent les opportunités économiques tout en préservant le tissu social. Les gouvernements doivent réévaluer non seulement leurs investissements dans les ressources en S&T, mais aussi revoir le moyen de les dépenser plus efficacement. Ils doivent également miser sur la mise en place de partenariats, de réseaux et de systèmes d'innovation propres à améliorent la capacité d'un pays à partager connaissances et informations.

Le rôle de l'UNESCO en sciences, technologie et innovation (STI) est triple : une réflexion sur l'élaboration des politiques scientifiques; un guide sur les réformes de politique scientifique nationale et un catalyseur pour la coopération régionale et internationale.

Le rôle de l'UNESCO couvre :

  1. La gouvernance des S & T et leurs implications
  2. Un document d'orientation
  3. Le développement des ressources humaines et renforcement des capacités
  4. Des études prospectives

Un groupe de réflexion

L'UNESCO mène des travaux analytiques, en coopération avec d'autres institutions, y compris l'OCDE, l'Université des Nations Unies et d'autres organes de l'ONU. Le fruit de ce travail est publié dans la série des études de politique scientifique de l’UNESCO et via les manuels de référence des travaux de l'UNESCO, ou des études prospectives.

Pour la liste complète des publications et documents publiés par l'UNESCO sur la politique scientifique depuis 1965, dont beaucoup peuvent être consultés en ligne, cliquez ici.

Un guide sur les réformes des politiques nationales

Les pays qui souhaitent (re) formuler leurs politiques nationales de la STI peuvent adresser leurs demandes à la Division de Politique scientifique et renforcement des capacités. Les pays ayant bénéficié du programme au cours de ces dernières années sont : le Lesotho, le Liban, la Mongolie, le Mozambique et la Namibie. Les projets actuels incluent la République du Congo et le Nigeria. (Voir Études par pays)

Un catalyseur pour la coopération régionale et internationale

L'UNESCO a été un catalyseur pour la création de réseaux régionaux qui contribuent à la réforme des politiques scientifiques nationales. Ces réseaux fonctionnent sous les auspices de l'UNESCO. Ils comprennent le Réseau asiatique de politique scientifique et technologique (STEPAN), basé à Jakarta au Bureau régional de l'UNESCO pour la science en Asie, et le réseau de gestion régionale des sciences et technologies dans les États arabes (STEMARN). En Amérique latine et les Caraïbes, les deux réseaux les plus récents ont été lancés en 1998: le réseau de R & D et programmes scientifiques dans les Caraïbes (Cariscience) et le réseau de R & D de troisième cycle en sciences en l'Amérique centrale (Red-CienciA).

Les partenariats université-industrie (UNISPAR) se concentrent actuellement sur le développement des parcs scientifiques, comme un moyen de renforcer les liens entre les universités et l'industrie en R & D pour le développement durable.

Des forums régionaux parlementaires sur la S & T ont été mis en place sur tous les continents depuis 2004 destinés à renforcer la politique scientifique.

Pour plus de détails sur les programmes et projets régionaux, voir les pages projets par régions.

Au niveau mondial, l'UNESCO a organisé la Conférence mondiale sur la science en 1999, en coopération avec le Conseil international pour la science (CIUS). La conférence a donné lieu à un certain nombre de nouvelles initiatives, notamment le Forum mondial sur la science, la Journée mondiale de la science pour la paix et le développement, et l'Académie mondiale des jeunes scientifiques, un organe informel destiné à faire entendre la voix des jeunes scientifiques sur les questions de politiques scientifiques.

Pour un bref historique du programme de l'UNESCO en sciences politiques depuis 1965, cliquez ici.

Retour en haut de la page