Un examen ministériel pour évaluer le rôle de la STI dans la réalisation des OMD

© UNESCO, Le camp de réfugiés de Kakuma, dans le district de Turkana (Kenya), qui dispose désormais d’un accès durable à l’eau, grâce à un projet de l’UNESCO qui a permis de déterminer où creuser des puits. On en creuse actuellement un peu partout dans la région.the drought-stricken region.

Chaque année, le Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) entreprend un examen ministériel. Cette année, l’examen en question se tiendra du 1er au 26 juillet à Genève, en Suisse. Il sera l’occasion de mettre en lumière le rôle que la science, la technologie et l’innovation (STI) peuvent jouer dans la promotion du développement durable et dans la réalisation de chacun des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) arrivant à échéance en 2015. Ce thème est particulièrement à propos, dans la mesure où la communauté internationale est en train d’élaborer un programme de développement post-2015. Par ailleurs, dans les années à venir, les politiques nationales et internationales devront s’adapter à l’émergence de nouveaux acteurs et de nouvelles façons d’innover. Cela aura notamment un impact sur les régimes de propriété intellectuelle. L’examen ministériel annuel examinera également le potentiel de la culture et des politiques culturelles dans la réalisation des OMD.

À cette occasion, l’UNESCO a coordonné la préparation du rapport du Secrétaire général de l’ONU, qui s’intitule Science, technologie, innovation et potentiel de la culture dans la promotion du développement durable et dans la réalisation des OMD.

De nombreuses agences de l’ONU ont participé à l’élaboration de ce rapport.

L’UNESCO coordonne deux des neuf petits déjeuners ministériels prévus dans le cadre de la réunion de haut niveau (1er-4 juillet) : la culture et l’innovation dans le programme de développement post-2015 (2 juillet), ainsi que la STI au service du développement durable à l’échelle mondiale (3 juillet) en collaboration avec le Conseil international des sciences sociales.

L’UNESCO organise également le 2 juillet, en collaboration avec l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) et la Fédération internationale des femmes diplômées des universités, une manifestation parallèle sur le rôle des femmes dans les sciences. Plusieurs femmes chercheurs partageront leurs expériences et leurs idées sur la façon d’inciter les femmes à opter pour une carrière dans la recherche.

L’UNESCO a apporté son concours à l’examen ministériel annuel d’une autre manière. Elle a notamment assuré la modération d’un forum de discussion en ligne sur le thème de l’examen et a mobilisé des journalistes scientifiques grâce à son réseau. L’UNESCO organise en outre une exposition à Genève, où elle présente des livres, des CD et des posters consacrés à ses principaux programmes scientifiques.

Retour en haut de la page