Déclaration d'Helsinki

Le Parlement de Finlande, l’UNESCO et l’ISESCO ont organisé, les 13 et 14 janvier 2003, une table ronde internationale sur le thème « Politique scientifique, technologique et de l’innovation : la perspective parlementaire ». Des délégués originaires de 31 pays ont fait le déplacement à Helsinki pour assister à cette réunion importante.

Les participants ont pu échanger et partager leurs expériences nationales et régionales en matière de législation, d’évaluation des technologies ou encore d’élaboration des politiques, et ont ainsi pu appréhender la complexité de la prise de décision dans ces domaines. Il a également été constaté qu’un certain nombre de leçons essentielles pouvaient être tirées des expériences des parlements nationaux. Les succès remportés en la matière par la Suède et la Finlande, ainsi que par l’EPTA et le Conseil de l’Europe, ont notamment été soulignés.

Les participants ont débattu des facteurs fondamentaux qui affectent les politiques scientifiques, technologiques et de l’innovation, ainsi que la créativité au niveau national et mondial. La capacité à innover, la mise en réseau efficace, le partage des connaissances et le renforcement des capacités en sciences à tous les niveaux ont été identifiés comme des facteurs particulièrement importants pour développer des économies et des structures sociales fondées sur la connaissance.

Il a également été noté que la réussite économique future reposait de plus en plus sur les systèmes d’innovation nationaux, et plus particulièrement sur des politiques d’innovation régionales et locales ciblées. Par ailleurs, il a été reconnu que l’accroissement des investissements dans l’enseignement scientifique et dans la recherche et développement jouait un rôle crucial dans les politiques menées par les gouvernements.

À l’issue des débats, les participants de la table-ronde ont conclu que les politiques suivantes devraient être envisagées et mises en œuvre par les parlements à travers le monde :

  1. Les parlements devraient poursuivre le développement de concepts propres à aborder les politiques scientifiques, technologiques et de l’innovation. La façon dont le Commission pour l’avenir œuvre au sein du Parlement finlandais, avec un statut permanent parmi les autres commissions parlementaires, constitue un bon exemple de ce type de concepts. Associer des parlementaires et des scientifiques s’est avéré être un outil efficace de rapprochement et d’échange d’informations dans certains pays. La mise en place de ce type d’associations de scientifiques et de parlementaires est encouragée. La coopération régionale des parlements européens au sein de l’EPTA – Réseau parlementaire européen d’évaluation technologique – en constitue un autre exemple.
  2. Le rôle des médias a été reconnu comme un élément essentiel de la communication scientifique auprès des décideurs politiques, des parlementaires et du grand public. Le besoin d’une coopération plus étroite entre les journalistes et les scientifiques a été établi.
  3. Les responsables politiques devraient continuer à se fixer des objectifs ambitieux en matière de formation tout au long de la vie et de recherche et développement, en mettant l’accent sur leur financement ;
  4. La coopération et l’interaction entre les systèmes d’innovation et les autres secteurs stratégiques doivent être développées et approfondies
  5. L’interdisciplinarité et la multidisciplinarité dans l’éducation et la recherche, ainsi que l’approche sectorielle en matière de politique industrielle et économique, devraient être améliorées et élargies.
  6. Les compétences de la main-d’œuvre future devraient être développées. Un soin particulier doit être apporté pour assurer la disponibilité d’un personnel bien formé afin de promouvoir la R&D dans le secteur industriel, d’accroître la fourniture de services à forte intensité de connaissances partout où cela est nécessaire et d’édicter des règlements pour la protection de la propriété intellectuelle, ainsi que d’autres règlements touchant à l’innovation.

RECOMMANDATIONS

Conscients de la nécessité d’une coopération plus étroite entre les responsables politiques, les parlementaires, les scientifiques, les journalistes, le secteur public et privé ainsi que la société civile à l’échelle nationale et internationale, les participants préconisent :

La constitution d’un forum international composé de commissions parlementaires scientifiques, de la communauté scientifique et de représentants de la société civile visant à :

  • Partager les expériences et le savoir-faire en matière de politiques scientifiques, technologiques et de l’innovation
  • Renforcer les partenariats entre les législateurs, les scientifiques, les médias, la société civile et les secteurs public et privé en ce qui concerne le développement de systèmes d’innovation nationaux
  • Soutenir le renforcement des capacités par l’intermédiaire de commissions parlementaires scientifiques dans les démocraties émergeantes, en mettant à profit les bonnes pratiques tirées des expériences nationales et régionales d’organisations telles que la Commission pour l’avenir, l’EPTA, etc.
  • Examiner la possibilité d’harmoniser les principes qui fondent la règlementation relative au recours à la recherche scientifique et technologique et déterminer, le cas échéant, la marche à suivre, tout en tenant compte de la diversité des situations découlant des différences régionales. Des règlementations sont nécessaires non seulement dans les pays en développement, mais aussi dans les pays développés.

Le forum devrait se réunir régulièrement et communiquer de façon permanente par le biais de newsletters, de sites Internet, etc.

Des conférences parlementaires et scientifiques internationales devraient être organisées, de préférence une fois tous les deux ans, avec le soutien d’organismes tels que l’UIP et le Conseil de l’Europe.

Les participants à la table-ronde internationale sur le thème « Politique scientifique, technologique et de l’innovation : la perspective parlementaire », qui s’est tenue à Helsinki les 13 et 14 janvier 2003,

Appellent l’UNESCO et ses partenaires locaux à organiser des ateliers régionaux au niveau des parlements nationaux

Appellent les organisateurs, à savoir le Parlement de Finlande, l’ISESCO et l’UNESCO, à créer le forum susmentionné en consultation avec les acteurs parlementaires nationaux, régionaux et internationaux.

Retour en haut de la page