Quel pourrait être l’impact du Brexit sur la science au Royaume-Uni et dans l’Union européenne ?

Le 23 juin 2016, les Britanniques ont voté en faveur du départ de l’Union européenne (UE) lors d’un référendum populaire pour décider du maintien ou non du Royaume-Uni dans l’Union européenne (UE). Le Rapport de l’UNESCO sur la science : vers 2030 avait analysé les conséquences potentielles d’une telle hypothèse et avait conclu qu’un Brexit aurait de très vastes répercussions sur la science au Royaume-Uni et en Europe.

Le Royaume-Uni est un pôle d’attraction pour les étudiants des universités et les chercheurs. En 2013, la valeur des exportations de services éducatifs a été estimée à 17 milliards de livres, et le Royaume-Uni a accueilli plus de boursiers du Conseil européen de la recherche, ainsi que plus de chercheurs étrangers travaillant sur des projets financés par cet organisme que ses partenaires de l’Union européenne. En dépit d’une faible intensité de recherche persistante, au regard des normes européennes – 1,63 % du PIB en 2013, par rapport à une moyenne européenne de 2,02 % –, le Royaume-Uni jouit d’une réputation d’excellence scientifique : le pays produit 15 % des articles les plus cités au monde, alors qu’il représente à peine 4 % des effectifs mondiaux de recherche.

(Continuer)

Retour en haut de la page