20.09.2011 - ODG

L’UNESCO suscite un consensus autour de son action concernant la biodiversité

© UNESCO/Salvatore Arico - Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, en compagnie d’Ahmed Djoghlaf, Secrétaire exécutif de la Convention sur la diversité biologique (CDB) et Tatsushi Terada, Vice-Ministre (Ministère japonais de l’environnement), après la signature d’un Mémorandum de coopération sur la mise en œuvre du Plan stratégique pour la biodiversité 2011-2020. Assemblée générale des Nations Unies, 20 septembre 2011.

Le mardi 20 septembre 2011, la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Irina Bokova, a signé un Mémorandum de coopération entre des agences, des organisations et des conventions internationales concernant la mise en œuvre du Plan stratégique pour la diversité biologique 2011 2020 et la réalisation des Objectifs d’Aichi pour la diversité biologique 2020. Le Mémorandum a été signé par 26 parties.

Le Plan stratégique et les Objectifs d’Aichi correspondants offrent un cadre pour le lancement, à l’échelle du système des Nations Unies, d’une action coordonnée qui favorise la conservation  ainsi que l’utilisation durable et équitable de la biodiversité dans le but de promouvoir le développement et le bien-être humain. Les objectifs correspondants permettront de mesurer les progrès concrets réalisés en vue de régler la crise de la biodiversité.

Le Plan est appuyé par la Décennie des Nations Unies pour la diversité biologique (2011 2020), adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en décembre 2010.

La Directrice générale a élaboré une Initiative de l’UNESCO sur la diversité biologique, qui sera officiellement lancée lors de la 36e session de la Conférence générale de l’UNESCO à l’automne 2011. L’Initiative répondra au souhait des Etats membres de renforcer la cohérence de l’action de l’Organisation en matière de biodiversité, ce qui permettrait de maximiser la contribution de l’UNESCO à la réalisation des Objectifs d’Aichi pour la diversité biologique.

L’UNESCO est la mieux placée pour traiter les causes ultimes de l’appauvrissement de la biodiversité. Pour ce faire, elle doit mener une action appropriée dans les domaines de la science et de la technologie, de l’éducation et de la communication, et mettre à profit la relation mutuellement enrichissante qui existe entre diversité culturelle et diversité biologique.




<- retour vers Toutes les actualités
Retour en haut de la page