La deuxième session de l'IPRED (L'Atelier UNESCO-IPRED-UIT sur le thème « Faire de la population une partie de la solution »)

Dates: 5-7 Juillet 2009
Lieu: Université technique d'Istanbul, Istanbul, Turquie

 

Cet atelier a été organisé dans le cadre du mémorial décennal des tremblements de terre qui ont eu lieu le 17 août 1999 à Kocaeli et 12 Novembre 1999 à Düzce. À cette occasion, la deuxième session de l'IPRED a également eu lieu sur le site.

L'atelier a réuni des représentants de haut niveau des autorités locales ainsi que des scientifiques turcs principalement de l'UIT et des représentants de neuf autres pays à risque sismique (Chili, Egypte, Indonésie, Italie, Japon, Kazakhstan, Mexique, Pérou et Roumanie) . Des représentants du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), de l'Agence japonaise pour la coopération internationale (JICA) et du Bureau de l'UNESCO en Turquie ont présenté leurs activités liées aux tremblements de terre.

L'atelier a examiné les responsabilités des autorités locales et des dirigeants communautaires tels que les gouverneurs, maires et autres administrateurs car la ville d'Istanbul et ses environs sont reconnus par la communauté internationale comme l'une de ces mégapoles où la sécurité des infrastructures critiques, telles que les hôpitaux, les écoles, etc … ainsi que les habitations devrait être assurée comme une priorité absolue. Des efforts doivent être poursuivis afin que toutes les mesures soient prises pour que ces communautés deviennent plus résilientes face à ces catastrophes.

L'atelier a également souligné l'importance de la coordination des initiatives en faveur de la préparation du public et la réhabilitation des bâtiments existants. Ces initiatives sont sous la supervision des institutions nationales ou des autorités qui œuvrent pour le renforcement du système d'application des normes rendues obligatoires pour la construction des bâtiments afin d’assurer la protection des installations essentielles comme les écoles, les hôpitaux et les bâtiments historiques. Ces normes tendent à promouvoir le développement de techniques modernes plus abordables et l'utilisation de techniques d'isolation sismique ou pour éviter les pertes d'énergie. Un des principaux résultats de cet atelier a été la «déclaration», ainsi que plusieurs recommandations à l’attention des gouvernements sur toutes ces questions.

La deuxième session de l'IPRED, qui a eu lieu après l'atelier, a été l'occasion pour les membres de l’IPRED (Chili, Egypte, Indonésie, Japon, Kazakhstan, Mexique, Pérou, Roumanie et Turquie) de partager et d'examiner le rapport de la première session de l’IPRED. Par la suite, ils ont insisté sur la contribution de l'IPRED dans le cadre de la prochaine Stratégie internationale de prévention des catastrophes (SIPC), Campagne mondiale 2010-2011 sur la «réduction des risques en milieu urbain», y compris la création d'une "plate-forme thématique SIPC sur la mise en œuvre des normes de construction des bâtiments." L'identification des institutions ou des autorités comme points focaux dans chaque pays a été soulignée comme une priorité afin de poursuivre les études sur les normes de construction et leur mise en œuvre.

Au cours de la réunion, les membres de l’IPRED ont exprimé leur volonté de collaborer et de contribuer à la révision des «Lignes directrices de l’IPRED pour les normes de constructions parasismiques des bâtiments de structure artisanale». La participation d'El Salvador au sein de la Plate-forme internationale a été discutée et approuvée au cours de cette session. Pour conclure, un accord relatif à la recherche coopérative et au développement dans le domaine du génie parasismique entre l’Institut de recherche du bâtiment (BRI) du Japon et le Centre national de réduction des risques sismiques (NCSRR) de la Roumanie a été signé.

> Retour à l'accueil IPRED

Retour en haut de la page