Réduction des risques de catastrophe

©Shutterstock/Lockenes. La Porte de l'Enfer, cratère de gaz en feu situé à Darvaza au Turkmenistan.

Les risques naturels sont un phénomène physique naturel causé par la survenue lente ou brutale d'événements d'origine atmosphérique, géologique ou hydrologique, à l'échelle solaire, planétaire, régionale, nationale ou locale.

Ces risques naturels engendrent des catastrophes qui résultent de la combinaison de ces risques avec des conditions de vulnérabilité et une capacité ou des mesures insuffisantes d'atténuation des conséquences potentiellement négatives de ces risques.

La réduction des risques de catastrophe désigne à la fois le concept théorique et la mise en pratique de l'atténuation des risques de catastrophe par le biais d'efforts systématiques d'analyse et de maîtrise des facteurs à l'origine des catastrophes.

L'UNESCO s'engage dans un changement de paradigme visant à délaisser les politiques réactives en faveur d'actions préventives pour la gestion des catastrophes. En travaillant seule ou en collaboration avec d'autres agences des Nations Unies et/ou d'autres entités scientifiques, l'UNESCO est devenue un catalyseur pour la coopération internationale et pluridisciplinaire dans de nombreux aspects de la réduction des risques de catastrophe et l'atténuation de leurs effets. L’UNESCO sert d’interface entre les sciences naturelles et sociales, l’éducation, la culture et la communication, jouant un rôle essentiel dans la formation pluri- et transdisciplinaire d’une culture mondiale de résilience communautaire.

L’UNESCO aide les pays à renforcer leurs capacités dans la gestion des risques de catastrophe et des risques climatiques. L'Organisation soutient leurs efforts de prévention, d'atténuation des effets et de gestion des catastrophes par le biais de l'éducation et de la sensibilisation en tenant compte du contexte culturel et en ciblant son action sur les sites désignés et affiliés à l'UNESCO (tels que les sites classés au patrimoine mondial, les structures éducatives, les réserves de biosphère et les géoparcs mondiaux). L'UNESCO assiste les États membres pour renforcer leurs capacités scientifiques et technologiques pour l'identification, le suivi et la gestion des risques ainsi que leur anticipation grâce aux systèmes d'alerte précoce. Ces travaux sont en cours de déploiement et de mise en application dans les différents secteurs, bureaux hors Siège, sites désignés et affiliés, centres de catégorie 1 et de catégorie 2, chaires et réseaux de l'UNESCO, conformément au Cadre d'action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030 et à ses quatre priorités d'action.

Retour en haut de la page