28.06.2012 - Education Sector

Après un conflit, consolider la paix grâce à l’éducation

Photo from Global Monitoring Report 2011©Lana Slezic/Panos

Aussitôt après un conflit, l’éducation peut sauver et maintenir en vie, favoriser le retour à une vie normale et redonner espoir en l’avenir. L’UNESCO joue un rôle actif pour la promotion de l’éducation dans le cadre des interventions d’urgence et pour la reconstruction à long terme, notamment pendant le processus de transition délicat qui permet de passer de la violence à la paix et à la non-violence.

À la suite du désastre de la guerre civile qui a frappé le Libéria, l’UNESCO soutient la réconciliation par une réforme des programmes scolaires visant à intégrer des cours sur la paix, les droits humains et la citoyenneté (PEHCDE) dans le système scolaire libérien. Plus de 1 300 enseignants ont été formés, et la PEHCDE a été largement adoptée en tant que discipline scolaire.

Au Sud-Soudan, l’UNESCO contribue actuellement à l’élaboration de matériels d’enseignement et d’apprentissage sur les compétences de la vie courante et le soutien psychosocial. Le Folioscope est un outil visuel simple assorti d’un Guide didactique de l’enseignant comprenant les plans de leçons et les activités correspondants.

Le Kirghizistan, l’un des pays d’Asie centrale touchés par un conflit, accueille un Forum international de l’UNESCO sur l’éducation post-conflits, « Apprendre à vivre ensemble », (Bichkek, 27-29 juin), en parallèle avec la Communauté économique eurasienne. Ce Forum a pour objectif de soutenir les initiatives centrées sur l’éducation, et de recueillir les meilleures pratiques des pays d’Asie centrale et de la Communauté des États indépendants, dans le contexte de la prévention des catastrophes naturelles et des conflits armés.

Le Forum donne l’occasion d’aborder des questions prioritaires de l’éducation post-conflits, et constitue une instance au sein de laquelle les participants peuvent se mettre en réseau, collaborer et rechercher des solutions communes à des problèmes communs. Le vaste programme du Forum examine le rôle de l’éducation dans la prévention et la résolution des conflits, en tenant compte d’approches inclusives et fondées sur l’égalité des genres.

Au nombre des participants de haut niveau, on comptait : Kishore Singh, Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’éducation, qui dirigera la session sur le rôle de l’éducation en matière de prévention des conflits dans les pratiques internationales, et Sadykov Kanat, Ministre de l’éducation et de la science de la République du Kirghizistan.

Le Ministère kirghize de l’éducation et de la science, la Commission nationale kirghize pour l’UNESCO, le Bureau régional d’ONU-Femmes et la Fondation Soros-Kirghizistan organisent la réunion et contribuent aux sessions sur l’inclusion sociale et sur une éducation qui prend en compte les questions de genre.

Les activités post-conflits mises en œuvre par l’UNESCO comprennent la réorientation des politiques éducatives vers les valeurs qui construisent les fondements de la paix et du respect des droits humains. L’Organisation offre une assistance technique, et renforce les capacités visant à donner un cadre aux politiques et aux stratégies nationales axées sur la réforme du système éducatif, elle forme les responsables de l’élaboration des politiques et les enseignants, et contribue à l’amélioration et à la révision des manuels, notamment des livres d’histoire.

 




<- retour vers Situations de Post-Conflit et de Post-Catastrophe
Retour en haut de la page