07.06.2013 - UNESCOPRESS

Les dommages causés au patrimoine culturel de Tombouctou sont plus sérieux que prévu d’après une mission de l’UNESCO

Une équipe d’experts de l’UNESCO a découvert que les dommages causés au patrimoine culturel de Tombouctou sont plus importants que ce qui avait été envisagé initialement. L’équipe s’est rendue dans la célèbre ville afin d’évaluer les dégâts causés à son patrimoine culturel après les attaques menées par les forces rebelles qui ont occupé la région jusqu’au début de l’année. Cette mission est la première étape vers la reconstruction et la sauvegarde de ces sites, dont plusieurs figurent sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

« La destruction infligée au patrimoine de Tombouctou est encore plus alarmante que ce que nous pensions », a déclaré Lazare Eloundou Assomo du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, qui a conduit cette mission. « Nous avons découvert que 14 des mausolées de Tombouctou, notamment ceux qui se trouvent sur des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO, ont été totalement détruits ainsi que deux autres sur la mosquée de Djingareyber. Le monument emblématique El Farouk, à l’entrée de la ville, a été rasé. Nous estimons que 4203 manuscrits du Centre de recherche Ahmed Baba sont perdus et que 300 000 autres, qui ont été soustraits et déplacés –essentiellement à Bamako-, nécessitent d’urgentes mesures de conservation ».  

Cette mission est conduite par l’UNESCO avec le soutien de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA). Elle est composée d’experts de l’ICOMOS, de l’ICCROM, de l’AWHF, de CRAterre, de l’ICOM, de l’IFLA, de l’Ecole du patrimoine africain (EPA), du Trust Aga Khan pour la culture, de la Bibliothèque nationale de France du gouvernement français, de l’Union européenne et d’une équipe de spécialistes maliens.

            Du 28 mai au 3 juin, l’équipe malienne a mené des enquêtes poussées dans la ville et s’est entretenue avec les communautés locales. Le 6 juin, les membres de l’équipe internationale se sont rendus à Tombouctou. Une réunion organisée le 7 juin au matin dans la capitale, Bamako, a permis de mettre en commun le résultat des observations des deux équipes.

            L’objectif était de réunir autant d’informations que possible sur l’état du patrimoine culturel de la ville, d’établir ce qui doit être restauré, reconstruit et de protéger ce patrimoine. Il s’agissait aussi de définir comment ce travail doit être mené à bien. Les résultats serviront à finaliser un Plan d’action pour le Mali. Ce plan a été préparé au cours d’une réunion de haut-niveau organisée au siège de l’UNESCO le 18 février.

« A Tombouctou, nous avons rencontré des représentants des autorités administratives et militaires locales, des responsables religieux et les personnes chargées de sécuriser le patrimoine  culturel afin de mieux comprendre ce qui s’est passé, pas seulement en ce qui concerne les sites, les musées et les collections de manuscrits mais aussi pour ce qui est du patrimoine vivant de la région : les pratiques culturelles et religieuses qui définissent les populations de la région », a déclaré Lazare Eloundou Assomo.

« Nous avons visité tous les sites endommagés ou détruits avec l’aide des responsables locaux », a-t-il poursuivi. « Nous avons accordé une importante particulière aux mausolées du Cimetière des Trois Saints et au cimetière Alpha Moya. Nous avons visité l’Institut Ahmed Baba ainsi que plusieurs bibliothèques privées pour évaluer l’état des collections de manuscrits et l’état de conservation des trois mosquées. Nous nous sommes aussi longuement entretenus avec les communautés de Tombouctou et avons écouté leurs points de vue sur les manières d’envisager la reconstruction des mausolées, de sauvegarder les manuscrits, faire revivre le patrimoine immatériel et inscrire cette action dans un mouvement plus large en faveur d’une paix durable et de la réconciliation ».

Le 5 juin, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a rappelé l’engagement de l’Organisation en faveur de la reconstruction du Mali et de la sauvegarde de son patrimoine culturel.

            Lors d’une cérémonie au cours de laquelle le Président français, François Hollande, s’est vu remettre le Prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix pour son action en janvier visant à mettre fin à la prise de contrôle du Nord du Mali par des insurgés et ramener la paix et la stabilité dans la région, Irina Bokova a déclaré que la réhabilitation du patrimoine malien « n’est pas seulement une question de restauration mais aussi une question de valeurs ». « L’UNESCO a sauvé les temples d’Egypte et reconstruit le pont de Mostar, a-t-elle déclaré. L’UNESCO reconstruira les mausolées du Mali ».

                         

*****

B-roll: www.unesco.org/new/en/media-services/multimedia/news-videos/b-roll/

Sites du patrimoine mondial au Mali : http://whc.unesco.org/fr/etatsparties/ml/

Eléments maliens inscrits sur la Liste du patrimoine immatériel : http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?lg=en&pg=00011&country=00134&multinational=3&display1=inscriptionID

Plus d’information sur la réponse de l’UNESCO sur la situation au Mali

 

Contact médias

Sue Williams, Service de presse de l’UNESCO

Tel: +33 9 (0)1 4568 1706, +33 (0)6 15 92 93 62

E-mail: s.williams@unesco.org

 

 

 




<- retour vers Situations de Post-Conflit et de Post-Catastrophe
Retour en haut de la page