05.04.2014 - UNESCOPRESS

La Directrice générale condamne le meurtre de la journaliste Anja Niedringhaus en Afghanistan

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a exprimé son émotion après l’attaque qui du 4 avril en Afghanistan qui a causé la mort de la photojournaliste d’Associated Press (AP) Anja Niedringhaus et blessé sa collègue d’AP Kathy Gannon.

Cet événement s’est produit à la veille des élections présidentielles en Afghanistan. Un policier a tiré sur ces deux journalistes chevronnées dans la ville de Khost, située à la frontière avec le Pakistan.

« Je suis choquée par l’attaque brutale de ces journalistes et je condamne le meurtre d’Anja Niedringhaus », a déclaré la Directrice générale. « Je souhaite également à Kathy Gannon un prompt rétablissement ».

« Anja Niedringhaus était une photojournaliste consacrée qui a passé sa vie à rendre compte des difficultés auxquelles sont confrontées les populations vivant en situation de conflit », a ajouté Irina Bokova. « Sa mort constitue une perte pour nous tous et une attaque contre la population afghane qui se bat pour bâtir un avenir plus démocratique pour son pays ».

Anja Niedringhaus, 48 ans, et Kathy Gannon, 60 ans, faisaient partie d’un convoi d’agents électoraux escorté à la fois par l’armée et la police afghane. Elles se trouvaient dans une voiture conduite par un chauffeur et où voyageait également un journaliste indépendant lorsqu’un policier s’est approché et a ouvert le feu.

Anja Niedringhaus est la cinquième journaliste dont le meurtre a fait l’objet d’une condamnation par la Directrice générale en 2014.

***

 

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 




<- retour vers Situations de Post-Conflit et de Post-Catastrophe
Retour en haut de la page