15.01.2013 - UNESCOPRESS

La Directrice générale dénonce le meurtre d’Elisabeth Blanche Olofio journaliste centrafricaine pour une radio communautaire

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a condamné aujourd’hui le meurtre de la journaliste travaillant pour une radio communautaire Elisabeth Blanche Olofio, lors d’une offensive rebelle dirigée contre Radio Be Oko, une radio communautaire émettant dans la ville de Bambari (République centrafricaine).

« Je condamne le meurtre d’Elisabeth Blanche Olofio et je suis très préoccupée par la situation dans laquelle se trouvent ses collègues », a déclaré la Directrice générale. « J’exhorte toutes les factions belligérantes dans le pays à respecter le statut civil des journalistes. Les médias communautaires sont une source d’information de première importance pour une grande part de la population et ils contribuent au bien-être des citoyens ordinaires ».

            Elisabeth Blanche Olofio a été tuée lors de la prise d’assaut de la station le 8 janvier. Les associations de liberté de la presse n’ont pas d’information concernant la situation de ses collègues et la station de radio a dû cesser d’émettre.

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12, s.coudray(at)unesco.org

L’UNESCO condamne l’assassinat des journalistes

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 




<- retour vers Situations de Post-Conflit et de Post-Catastrophe
Retour en haut de la page