23.07.2013 - UNESCOPRESS

La Directrice générale demande qu’une enquête soit menée sur le meurtre du journaliste mexicain Alberto López Bello

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a déploré aujourd’hui le meurtre du journaliste Alberto López Bello et demandé que ce meurtre fasse l’objet d’une enquête.

« Je condamne le meurtre d’Alberto López Bello », a déclaré la Directrice générale. « Ce meurtre doit donner lieu à une enquête approfondie dans le cadre des efforts déployés pour enrayer la violence contre les médias au Mexique. Je compte sur les autorités pour faire leur possible afin d’améliorer la sécurité des journalistes qui cherchent à mener à bien leur mission qui consiste à informer le public ».

Alberto López Bello, 28 ans, a été retrouvé mort le 17 juillet à Trinidad de Viguera, dans l’Etat d’Oaxaca. Couvrant les affaires criminelles pour le journal El Imparcial, il avait récemment publié des articles relatifs au trafic de drogue à Oaxaca. Il aurait reçu des menaces de mort liées à son travail.

Sa mort porte à trois le nombre des journalistes tués au Mexique cette année. La liste complète des journalistes assassinés se trouve sur une page web intitulée L’UNESCO condamne l’assassinat de journalistes .

 

****

            Contact média: Sylvie Coudray, +33 (0)1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 




<- retour vers Situations de Post-Conflit et de Post-Catastrophe
Retour en haut de la page