18.05.2010 - UNESCOPRESS

Haïti : l’UNESCO met en place une formation de soutien psychologique dans le secondaire

© UNESCO/Mehdi Benchelah

Surmonter le traumatisme du séisme et tâcher de retrouver confiance en l’avenir: tel est l’objectif d’une formation de trois jours organisée à la fin avril sous les auspices du ministère haïtien de l’Education nationale et de l’UNESCO à destination de cadres de l’enseignement du secondaire en Haïti. Ceux-ci seront chargés de former les enseignants afin d’en faire bénéficier à leur tour les élèves.

Il s’agit d’un soutien psychologique visant à évacuer le traumatisme provoqué par le tremblement de terre du 12 janvier ainsi que l’angoisse qui perdure depuis lors. Ce type de soutien dit « psychosocial » vise à prévenir et à soulager les séquelles morales consécutives aux catastrophes ou événements violents. Ce concept repose sur des techniques d’animation, des jeux de rôle et des échanges entre les élèves et leurs enseignants.

Le séminaire a été suivi par une quarantaine d’inspecteurs, directeurs d’école et enseignants, sélectionnés par le ministère en fonction de leur expérience. La formation comprenait aussi un enseignement sur les phénomènes des séismes, la prévention des risques et les techniques de survie.

Le stage assuré par l’UNESCO a été réalisée avec le concours de l’Université Quisqueya de Port-au-Prince. Il s’agit de la première formation psychosociale à destination des jeunes du secondaire. Des initiatives similaires ont été entreprises pour le primaire par d’autres agences onusiennes telles que l’UNICEF ainsi que par des organisations non gouvernementales.

    « L’objectif principal de ce séminaire était de montrer aux formateurs comment gérer leurs propres émotions afin qu’ils puissent aider les enfants et les enseignants », explique Jorès Philippe, le psychiatre haïtien qui encadrait le stage. « Nous avons appris aux formateurs comment repérer les symptômes de stress, de traumatisme et de stress post-traumatique chez les enfants, mais aussi chez les enseignants, ainsi que les comportements à adopter. Les enseignants doivent non seulement apparaître comme des maîtres d’école mais aussi comme des accompagnateurs capables d’apporter un soutien psychosocial à leurs élèves. »

La formation s’appuie sur un guide méthodologique et un manuel de référence produit par l’UNESCO et adaptés à la réalité haïtienne par la faculté des sciences de l’éducation de l’Université Quisqueya.

Dans les semaines à venir, ces connaissances seront transmises aux 2.000 enseignants du département de l’Ouest comprenant la région de Port-au-Prince. Au bout du compte, l’ensemble des élèves du secondaire du département, soit environ 110.000 adolescents, bénéficieront de ce programme de soutien que le ministère de l’Education juge essentiel à la reprise de l’apprentissage normal.

Celui-ci envisage d’étendre cette formation avec le concours de l’UNESCO aux départements des Nippes et du Sud-Est, les deux autres régions touchées par le séisme qui a fait entre 250.000 et 300.000 morts selon les dernières estimations. L’’ensemble du territoire national devrait en bénéficier à terme. Le séisme a tué environ 38.000 écoliers et étudiants ainsi que 1.300 enseignants et personnels de l’éducation. Près de 80 % des établissements scolaires de la région de Port-au-Prince ont été détruits.




<- retour vers Situations de Post-Conflit et de Post-Catastrophe
Retour en haut de la page