04.05.2012 -

Irina Bokova s’inquiète de l’aggravation des menaces sur le patrimoine culturel au Mali

© UNESCO/F. Bandarin - La Mosque de Sankoré, Tomboctou, Mali

La Directrice générale de l’UNESCO Irina Bokova a exprimé sa très grande préoccupation suite à la profanation du mausolée Sidi Mahmoud, au Mali, le 4 mai 2012, par le groupe Ansar Dine. D’après les informations reçues par l’UNESCO, la porte d’entrée du mausolée et son rideau de protection auraient été brûlés et les populations de Tombouctou qui s’y rendent tous les vendredis pour la procession ont été empêchées d’y accéder.

« Cette profanation marque une aggravation très préoccupante des attaques sur le patrimoine malien déjà fortement menacé au cours des dernières semaines. J’en appelle à toutes les parties impliquées pour qu’elles assurent sans délai la protection de ce bien du patrimoine mondial, essentiel à la préservation de la riche culture malienne, et relevant du patrimoine indivisible de l’humanité. Ce Patrimoine culturel est notre bien commun, et rien ne saurait justifier qu’on y porte atteinte, » a déclaré la Directrice générale.

Les mosquées de Tombouctou et leurs 16 mausolées témoignent de l’âge d’or de Tombouctou au 16e siècle, et des activités d’enseignement universitaire de l’islam qui s’y déroulaient. La Directrice générale a déjà lancé plusieurs appels à la protection du patrimoine culturel et à la vigilance contre le trafic illicite des biens culturels, depuis le déclenchement du conflit dans le nord Mali.  




<- retour vers Situations de Post-Conflit et de Post-Catastrophe
Retour en haut de la page