23.09.2012 - ODG

Irina Bokova participe au lancement du « réseau des solutions pour le développement durable » à l'Université Columbia (New York)

© UNESCO - La Directrice générale de l'UNESCO Irina Bokova lors du lancement du réseau des solutions pour le développement durable, New York, septembre 2012

« Le développement durable est le plus grand défi de notre génération, » a déclaré le professeur Jeffrey Sachs dans son allocution d'ouverture du lancement du réseau des solutions pour le développement durable, le 22 septembre, à l'Université Columbia.

Le Professeur Jeffrey Sachs a été chargé par le Secrétaire général Ban Ki-moon, d’animer ce nouveau réseau mondial dont le but est de mobiliser la société civile, les entreprises et les universités pour soutenir et partager les solutions locales de développement durable. « Les solutions existent sur le terrain : nous avons besoin de les multiplier et de les disséminer, pour permettre au plus grand nombre de les adopter et de les adapter ».

La Directrice générale de l'UNESCO a participé au débat inaugural, en présence du Secrétaire général adjoint de l'ONU, M. Jan Eliasson, de la conseillère spéciale sur la stratégie pour l’après-2015, Mme Amina Mohammed, Le Secrétaire général de l’UIT Hamadoun Touré et de la Directrice générale de l'OMS, Margaret Chan, entre autres panélistes.

« Il n'y a tout simplement pas de plan B parce qu'il n'y a pas de planète B», a déclaré le Secrétaire général adjoint,  M. Jan Eliasson. Nous atteignons les limites de notre planète, et ce message a été réaffirmé à la conférence de Rio + 20 a-t-il souligné. 20 ans après la première conférence de Rio, le compteur tourne et nous n’avons obtenu que des résultats très limités. Eliasson a plaidé pour la mise en place de mécanismes d'alerte rapide et le renforcement des capacités de gestion des ressources naturelles, en soulignant le rôle des nouvelles technologies, de l'éducation et du multilatéralisme pour y parvenir.

La plupart des participants ont constaté l’écart important entre ce que les scientifiques comprennent de la situation environnementale du monde et ce que le grand public peut en savoir. La vérité scientifique n’a pas encore pénétré les sphères de décision politique. Il est donc urgent de combler cette lacune car les indicateurs critiques s’accumulent. Mme Amina Mohamed a conclu en disant «il y a beaucoup de connaissances dans le monde. Le temps est venu de mettre ces connaissances au service de notre objectif ».

Irina Bokova a rappelé qu’ « en se concentrant sur les défis mondiaux, l'interdépendance des Etats et les conditions de la croissance, nous oublions parfois que les plus grandes inégalités ne se trouvent pas toujours en Afrique, mais dans tous les pays émergents du Sud. Ils connaissent à la fois une croissance rapide et une augmentation des inégalités, qui fragilisent le pacte social. Nous devons aborder frontalement la question de l'inclusion sociale, de la méfiance et de l'intolérance qui sont alimentées par les inégalités, pour construire un modèle de développement viable. Le développement durable n’est peut se faire par la seule mobilisation des technologies, il doit s’appuyer sur l'inclusion sociale. »

« Je vois une forte synergie entre le réseau mondial de solutions pour le développement durable et le conseil scientifique consultatif du Secrétaire général, qui sera hébergé et piloté par l'UNESCO. » a-t-elle poursuivi. Nous devons construire une interface plus forte entre la politique et la science. Nous devons également soutenir les initiatives de terrain, encourager de nouvelles initiatives et des solutions concrètes issues de la société civile.

C'est dans ce contexte que nous devons aussi comprendre la nouvelle initiative du Secrétaire général, « l’éducation avant tout », et son troisième pilier, l’éducation pour une citoyenneté mondiale.  La Citoyenneté aujourd’hui inclut la conscience écologique, les compétences et l'éducation au service du développement durable. C'est la meilleure façon de mieux intégrer les trois dimensions économique, sociale et environnementale du développement durable.




<- retour vers Situations de Post-Conflit et de Post-Catastrophe
Retour en haut de la page