07.02.2012 - UNESCOPRESS

Japon : quelles perspectives politiques un an après le tsunami ?

Près d’un an après le tsunami de grande ampleur qui a frappé les côtes du Japon, l’UNESCO et l’Université des Nations Unies (UNU) organisent un symposium les 16 et 17 février à Tokyo. L’objectif est de tirer les leçons de cette catastrophe, d’envisager ses conséquences et de mettre en lumière l’importance de la prévention et des systèmes d’alerte aux tsunamis.

Le symposium, qui sera ouvert par la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, le recteur de l’Université des Nations Unies, Konrad Osterwalder, et par la Secrétaire exécutive de la Commission océanographique intergouvernementale et Sous-Directrice générale de l’UNESCO, Wendy Watson-Wright, réunira des scientifiques de haut-niveau ainsi que des responsables politiques.

Comment un pays peut-il se préparer à l’imprévisible ? Quel rôle peut jouer l’éducation dans la préparation des populations ? Comment alerter le plus efficacement les personnes concernées ? Comment renforcer le rôle des organisations intergouvernementales dans la mise en place de systèmes d’alerte ? Telles sont quelques-unes des questions qui seront abordées au cours de cette réunion.  

            Le tsunami d’une magnitude de neuf degrés sur l’échelle de Richter qui s’est produit le 11 mars 2011 a coûté la vie à près de 20 000 personnes (dont 65% étaient âgées de plus de 60 ans) et provoqué la destruction complète de plus de 127 000 habitations. Des bâtiments clés  comme des mairies, des casernes de pompier, des hôpitaux et des écoles ont été balayés par le tsunami.

La Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO a mis en place un Groupe international de coordination du Système d’alerte aux tsunamis dans le Pacifique en 1965, en réponse au tsunami de grande ampleur qui avait frappé en 1960 les côtes de Chili, du Japon, d’Hawaï et des Philippines et causé la mort de près de 2000 personnes. L’objectif de ce Groupe est de coordonner le développement du Système d’alerte aux tsunamis dans le Pacifique et de promouvoir la mise en place de programmes nationaux d’évaluation des risques, de diffusion des alertes et de capacité de réponse aux tsunamis.

La plupart des tsunamis se produisent dans l’océan Pacifique et ses mers bordières. Au cours des trois années écoulées, trois tsunamis importants se sont produits à Samoa (2009), au Chili (2010) et au Japon (2011).

***

Contact média : Agnès Bardon, Service de presse de l’UNESCO. Tel : +33 (0) 1 45 68 17 64, a.bardon(at)unesco.org

Plus d’information sur le symposium


 
 




<- retour vers Situations de Post-Conflit et de Post-Catastrophe
Retour en haut de la page