13.01.2012 -

La très honorable Michaëlle Jean entreprend une nouvelle mission en Haïti

©UNESCO/Michel RavassardDe droite à gauche: Mme Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO et La très honorable Michaëlle Jean, Envoyée Spéciale de l'UNESCO pour Haïti.

La très honorable Michaëlle Jean, Envoyée spéciale de l’UNESCO, sera de nouveau en Haïti à compter d’aujourd’hui pour une mission de sept jours afin de participer aux commémorations du tremblement de terre du 12 janvier 2010, qui a fait des centaines de milliers de morts et de blessés et plus d’un million et demi de sinistrés.

« Le deuil de tant d’êtres chers, morts brutalement lors du tremblement de terre ou des suites de leurs blessures, pèse encore lourd sur les cœurs, mais la vie, même si elle n’est pas facile, a repris ses droits et cette commémoration, deux ans plus tard, sera aussi sous le signe de l’action et de l’espoir, a déclaré Madame Jean. Le pays est en mouvement. »

Signe que les choses bougent en effet en Haïti et que l’espoir a tout lieu d’habiter sa population, Michaëlle Jean participera, le jour de la commémoration du 2e anniversaire du séisme, à l’inauguration du campus Henry Christophe de l’Université d’État d’Haïti, situé à Limonade, dans le Nord du pays. L’événement se déroulera sous le haut patronage du président de la République d’Haïti, Son Excellence Michel Joseph Martelly, et du président de la République dominicaine, Son Excellence Leonel Fernández.  Ce campus, né de la solidarité insulaire, a été offert par le gouvernement dominicain au lendemain du séisme qui a détruit ou sévèrement endommagé la grande majorité des bâtiments de l’université publique haïtienne. Son établissement en dehors de la zone métropolitaine de Port-au-Prince contribuera à la décentralisation du système d’enseignement supérieur.

« Investir dans l’éducation, la formation, la recherche, les études supérieures est fondamental pour un nouveau pacte social, pour la refondation d’Haïti sur des bases solides et pérennes, a ajouté Madame Jean. Ce campus témoigne aussi de liens fraternels à cultiver entre les deux républiques sur l’île de Quisqueya et donne l’exemple de ce qu’il est possible de réaliser par la coopération entre pays du sud confrontés à des défis semblables, donc capables aussi de mettre en commun leurs solutions. »

L’Envoyée spéciale prendra également part, le 11 janvier, à une importante réunion sur le développement du Parc national historique d’Haïti qui abrite des monuments historiques de grande valeur, notamment la Citadelle Henry, le Palais Sans Souci, les fortifications de Ramiers, inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1982. Conviée par le premier ministre Garry Conille, la rencontre rassemblera les ministres de la Culture et du Tourisme, de même que de la secrétaire d’État du Patrimoine, le directeur de l’Institut de sauvegarde du patrimoine national (ISPAN) et des représentants de l’UNESCO. Le tourisme est un secteur capital pour l’essor économique d’Haïti, comme dans le reste de la région.  Haïti souhaite développer l'écotourisme et le tourisme culturel, qui font partie des secteurs qui connaissent la plus forte croissance à l'échelle internationale. L’UNESCO, par le biais du programme de tourisme durable du patrimoine mondial soutient les efforts d’Haïti dans le renforcement de ses capacités de gestion des sites, de formation, ainsi que la création d’emplois et de nouveaux débouchés pour les collectivités locales, de même que de revenus pour la protection et la restauration des monuments. « Cette session de travail nous permettra de discuter des perspectives du gouvernement haïtien, de son plan et de décider des actions à entreprendre ensemble, d’un cahier de charges précis pour la valorisation de ce formidable trésor patrimonial, unique en son genre, qui est une carte maîtresse d’une stratégie de tourisme durable et rentable pour l’économie haïtienne », a-t-elle fait remarquer. 

Madame Jean aura pendant son séjour plusieurs entretiens avec des membres du cabinet ministériel afin de poursuivre le dialogue amorcé depuis l’entrée en fonction du nouveau gouvernement en octobre dernier. Elle ira aussi à la rencontre de représentants de la société civile haïtienne et des organisations internationales, dont Mme Chantal Moreno, chef d’antenne de l’Organisation internationale de la Francophonie pour les États de la Caraïbe, afin d’aborder des projets chers aux deux organisations en matière de culture et d’éducation.




<- retour vers Situations de Post-Conflit et de Post-Catastrophe
Retour en haut de la page