26.08.2013 - UNESCOPRESS

La Directrice générale déplore la mort de trois journalistes égyptiens

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a dénoncé aujourd’hui la mort du reporter Ahmed Abdel Gawad et du photographe Mosab Al-Shami, survenus au Caire le 14 août ainsi que du journaliste Tamer Abdel Raouf, tué le 19 août à Damanhur, au nord du pays et demande qu’une enquête soit menée pour déterminer les circonstances exactes de ces trois décès.

« Je déplore la mort d’Ahmed Abdel Gawad, Mosab Al-Shami et Tamer Abdel Raouf », a déclaré la Directrice générale. Elle a fait part de sa tristesse et de sa préoccupation face aux violences envers les journalistes et la perte de tant de vies humaines. En l’espace de quelques jours, cinq professionnels des médias ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions. « J’en appelle aux autorités égyptiennes pour faire tout ce qui est en leur pouvoir afin d’assurer la sécurité des travailleurs des médias. Il en va de de la liberté d’expression et de la liberté de l’information ».

D’après Reporters sans frontières (RSF), Ahmed Abdel Gawad, journaliste au quotidien égyptien Al-Akhbar, et Mosab Al-Shami, photojournaliste pour Rassad News Network (RNN), ont été tués le 14 août alors qu’ils couvraient les manifestations dans la capitale. Ahmed Abdel Gawad, touché par balles, est mort à son arrivée à l’hôpital. Mosab Al-Shami a également  succombé à des blessures par balles.

D’après RSF, Tamer Abdel Raouf, directeur du bureau régional du journal Al-Ahram, a été tué par balle au niveau d’un checkpoint à Damanhur, dans le gouvernorat de Beheira au nord de l’Egypte, dans la nuit du 19 au 20 août. Son collègue Hamed Al-Barbari, journaliste pour le quotidien égyptien Al-Gomhuria, qui se trouvait dans la même voiture, a été blessé.

Leur mort porte à six le nombre de journalistes tués en Egypte cette année. Une liste complète des journalistes assassinés ayant fait l’objet d’une condamnation par l’UNESCO est disponible en ligne.

****

Contact médias : Sylvie Coudray, +33 (0) 1 45 68 42 12

 

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image »

 

 




<- retour vers Situations de Post-Conflit et de Post-Catastrophe
Retour en haut de la page