Sciences Exactes et Naturelles

Aligné sur les priorités nationales des pays, le secteur des sciences naturelles et exactes se propose d’accompagner la dynamique de développement des pays du Maghreb et ce conformément à la Stratégie à Moyen terme 2014-2021 de l’UNESCO.

Le secteur des sciences naturelles et exactes joue un rôle majeur pour l’harmonie entre l’Homme et les ressources naturelles. Tournées vers le futur, les priorités du secteur s’inscrivent parfaitement dans les défis de l’agenda post 2015 pour le développement ainsi que les enjeux liés aux changements climatiques.

A travers le dialogue de politique sectorielle, l’appui technique, la diplomatie scientifique et le soutien aux réformes sectorielles, l’UNESCO  favorise le partage du savoir et contribue à la mise en place de politiques et stratégies en Science, Technologie et Innovation (STI).

Les réserves de biosphère sont un véritable laboratoire de  développement durable mais également un espace de rapprochement et recherche scientifique. Ce qui s’inscrit parfaitement dans le  Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB) qui est un programme scientifique intergouvernemental visant à établir une base scientifique pour améliorer les relations homme-nature au niveau mondial.

Assurer la sécurité de l’eau est vital comme en témoigne la place privilégiée qu’elle occupe dans l’agenda de développement. Le Programme hydrologique international (PHI) est le seul programme intergouvernemental du système des Nations Unies consacré à la recherche dans le domaine de l’eau, à la gestion des ressources en eau, ainsi qu’à l’éducation et au renforcement des capacités. Dans ce domaine et pour une plus grande  valeur ajoutée, Bureau de l’UNESCO pour le Maghreb se fixe les point d’entrée suivants : la promotion du Nexus Eau –Energie- Agriculture, l’intégration du genre dans les politiques de l’eau ; la bonne gouvernance et  la gestion intégrée des ressources en eau, l’articulation Eau-Ecosystème et l’intégration du changement climatique.

 

Domaines  d’intervention :

  • Renforcement des politiques, de la gouvernance et des capacités en matière de Science, Technologie et Innovation (STI);
  • Intégration de l’Environnement et de l’adaptation et la mitigation au changement climatique;
  • Accompagnement à la mise en œuvre de l’agenda post 2015 pour le développement;
  • Développement de la collaboration scientifique internationale au service des systèmes terrestres, de la biodiversité et de la réduction des risques de catastrophe;
  • Renforcement du rôle des sciences écologiques et des réserves de la biosphère;
  • Renforcement de la sécurité de l’eau douce à travers la diplomatie de l’eau et le Nexus Eau-Energie-Agriculture
Retour en haut de la page