Repenser le rôle et la place des Sciences Humaines et Sociales au Maghreb

Initier la recherche prospective en SHS pour mieux comprendre les défis des transformations sociales et de la transition politique en cours dans les pays de la région arabe

En 2014, dans 3 pays de la région arabe, des actions avec les acteurs académiques et la société civile, seront entreprises en vue de :

  1. Soutenir des programmes de recherche interdisciplinaires de qualité en SHS et portant sur les transformations sociales;
  2. Renforcer le milieu académique et de la recherche en matière de recherche prospective ;
  3. Initier l'approche prospective dans la recherche en SHS en tant qu'instrument de plaidoyer politique en appui à l'action de la société civile ;
  4. Renforcer les capacités de plaidoyer des acteurs de la société civile, notamment celles actives sur les question de l'égalité des genres, en facilitant leur dialogue avec le milieu universitaire et leur accès aux résultats des recherches disponibles ou en cours, sur des phénomènes de transformations sociales qui appellent des actions/décisions politiques et sociales sont urgentes. 

Revitalisation de l’enseignement et de la recherche en Sciences sociales et humaines

Place négligeable dans les curricula, mauvaise image en termes de débouchés professionnels, orientation par défaut, manque de ressources, absence d’impact et faible visibilité de la production scientifique dans la société, cloisonnement disciplinaire, etc. sont autant d’obstacles auxquels font face l’enseignement et la recherche en Sciences sociales et humaines dans de nombreux pays depuis plusieurs décennies. Les pays du Maghreb ne sont pas en reste.Et pourtant, le Rapport mondial sur les sciences sociales publié en 2010 par l’UNESCO et le Conseil international des Sciences sociales (CISS) affirme que « les sciences sociales sont […] essentielles pour mettre en œuvre les Objectifs du Millénaire pour le développement définis par les Nations unies […] et nécessaires pour relever des défis qui, comme le changement climatique, sont autant sociaux que naturels ».

Ce Rapport stipule que « pour faire face aux défis d’aujourd’hui et de demain et pour résoudre efficacement les problèmes mondiaux et locaux, les sciences sociales doivent progresser, en quantité comme en qualité. Pour y parvenir, il faut renforcer les capacités, en particulier dans les régions où les problèmes sociaux sont les plus aigus et les systèmes de sciences sociales les plus anémiés ».

C’est dans ce sillage que l’UNESCO met en place un programme de Revitalisation de l’enseignement et de la recherche en Sciences sociales et humaines dans les universités du Maghreb. L’ambition est de réaffirmer la responsabilité sociale des disciplines concernées, et de leur redonner la place et le rôle qui leur reviennent dans l’université et dans la société en général. Pour ce faire, des Assises nationales et régionales seront tenues permettant aux praticiens de faire un état des lieux, d’identifier les opportunités stratégiques de développement, et de formulant des pistes de travail multi-acteurs. Ce processus prendra en considération les spécificités de chaque contexte national.

En 2016-2017, des Assises seront organisées au Maroc, avec des perspectives régionales, en conformité avec la politique de régionalisation avancée, dans laquelle les  synergies entre universités et autorités régionales seront renforcées. 

 

 

Retour en haut de la page