Eduquer pour un avenir durable

© UNESCO/D. Willetts

Les sociétés vertes sont des sociétés éduquées dans toutes leurs dimensions. Il faut investir dans l’éducation si l’on veut instaurer un développement durable, éliminer la pauvreté et garantir l’équité et l’inclusivité. L’éducation, clé de la productivité et d’une croissance durable, améliore la santé, la nutrition, les revenus et les moyens de subsistance, créant les conditions requises pour atteindre les OMD et les objectifs de l’EPT. Aucun pays n’a jamais gravi les échelons du développement humain sans investir de façon soutenue dans l’éducation.

Un second facteur essentiel est la qualité de l’éducation. Des années de scolarité ne suffi sent pas, à elles seules, à garantir aux étudiants une éducation utile à leur vie et à leur carrière. La qualité, à savoir le contenu de l’enseignement, l’excellence des enseignants et les accomplissements et résultats réels, importe autant que la quantité. Il existe, entre l’éducation et l’innovation, une dialectique positive qui est le principal moteur de la croissance durable des économies vertes où l’innovation, les écocompétences et la capacité de s’adapter au changement seront d’importants moteurs de chaque secteur. L’éducation est un investissement judicieux ; l’éducation de qualité est un investissement intelligent pour édifier des sociétés vertes inclusives.

L’Éducation pour le développement durable (EDD) est une dimension particulièrement importante de l’éducation de qualité. Elle procure aux gens de tous niveaux d’éducation, mais en particulier aux jeunes, les aptitudes, les compétences et les connaissances requises pour inculquer les valeurs indispensables à un comportement et à des pratiques propices au développement durable, et pour créer des sociétés multiculturelles et multi-ethniques aspirant à la citoyenneté démocratique. Elle est fondamentale pour préparer les jeunes aux emplois verts, leur permettre de s’adapter à un environnement physique changeant, et modifier les modes de consommation et de production non durables. Il faut la renforcer et l’encourager à tous les niveaux et dans tous les cadres éducatifs tout au long de la vie. Il faut donc l’intégrer pleinement dans les politiques et les pratiques d’éducation nationale. Cela oblige à élaborer des mécanismes efficaces pour relier les objectifs de croissance verte du marché du travail aux programmes éducatifs, notamment par l’enseignement et la formation techniques et professionnels. Cela oblige également à réformer les systèmes d’éducation formelle, informelle et non formelle de façon à préparer les jeunes hommes et femmes à un marché du travail vert et à reconvertir la main d’oeuvre existante.

En savoir plus:  

Retour en haut de la page